Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Économie > Century 21 : un marché immobilier sain(Webtélé2R/SeineTV)
Publié : 3 janvier

Conjoncture immobilière

Century 21 : un marché immobilier sain(Webtélé2R/SeineTV)

Selon le président du réseau Century 21 France, l’immobilier français a enregistré une année record en 2016. Le volume a largement augmenté, notamment dans les villes métropoles et les prix restent stables. Lors de la conférence de presse du 3 janvier, Laurent Vimont a aussi fait des pronostics pour l’année 2017 en s’appuyant sur des fondamentaux solides (taux d’intérêt bas et une offre du neuf grandissante...).

Devant un groupe de 40 journalistes spécialisés au Club automobile de France, à Paris, Laurent Vimont, président de Century 21 France, a exposé l’état de la conjoncture immobilière en France. Malgré le contexte économique difficile, l’immobilier s’en sort bien : des prix stables et des volumes en hausse dans un marché caractérisé par une mosaïque de marchés. Par une méthodologie rôdée, le réseau d’agences immobilières Century 21 France recense tous les échanges (volume) et les prix des transactions immobilières effectuées par ses agences pendant l’année écoulée. Cet observatoire immobilier est dédié uniquement à l’ancien et est limité à des observations où les agents Century agissent.

Points marquants de l’année 2016

L’effervescence maîtrisée est le maître-mot. Pour la deuxième année consécutive, le volume de transactions dans l’ancien progresse de 15,1 % durant l’année 2016. Le record de 2011 pourrait facilement être dépassé ; cette année-là, on avait enregistré 800 000 ventes, suite au creux de la crise immobilière commencée en 2008 par les sub-primes. En matière de prix, le niveau de prix reste stable, voire sage : + 1,7 % en moyenne France entière, établissant le prix moyen à 2522 €, toujours en deçà du niveau observé en 2012 (soit 2614 € le m2 à l’époque).

Gentrification

Selon l’analyse de Century 21 France, trois marchés caractérisent l’état de la conjoncture en France. D’abord, un marché florissant qui est Paris intra-muros. Après une envolée (+24,1%) en 2015, le marché parisien continuant sa frénésie, le volume de ventes a augmenté de 15,8 % en 2016. Les délais des ventes se raccourcissent (67 jours). Quant au prix, le prix moyen au m2 parisien est reparti à la hausse (4,9 % sur un an) pour s’établir à 8447 € en moyenne, soit près de 400 € de plus qu’en 2015. Les taux d’intérêt faibles et l’attrait de Paris pour les investisseurs institutionnels et locatifs ont poussé les prix vers des hausses contenues. En outre, les acquéreurs parisiens achètent plus grand : la superficie moyenne enregistre un nouveau record (51,4 m2) en 2016. Il y a dix ans, cette superficie moyenne s’établissait à 46,3 m2 ! En somme, c’est un marché de privilégiés qui fait fuir mécaniquement des employés, des ouvriers et des commerçants ; c’est l’autre facette de la mondialisation "heureuse" qui amplifie le phénomène d’exclusion par le haut, dite « gentrification  » dans les milieux de l’urbanisme.

La deuxième zone des marchés (les métropoles) et la troisième (les zones rurales) se caractérisent par leur sagesse même si des zones entières (comme le Limousin) n’offrent aucune perspective positive pour l’acquisition immobilière (loin de tout et des emplois, et des richesses économiques ! Dans les marchés des agglomérations, telles Lyon et Marseille, on constate une hausse des prix (+ 5,1 % pour l’ensemble du marché régional et + 4,1 % pour les maisons individuelles) pour la première et une certaine sagesse (+ 2,4 % pour le marché et + 2,6 % pour les maisons individuelles). Une différence forte entre Lyon et Marseille est l’âge des acquéreurs : une tranche très jeune à Lyon tandis que les plus de 60 ans sont majoritaires à Marseille.

Le cas de l’Île-de-France, dont celui des Yvelines

En Île-de-France, les acquéreurs optimisent leur crédit pour acheter le plus grand possible et la surface moyenne atteint des niveaux records, 78,7 m2 en moyenne. Le prix moyen s’y situe à 3150 € au m2 (soit +1,4 % en 2016). Quant aux maisons individuelles, le prix moyen d’acquisition s’établit à 307 084 euros, soit une évolution de + 4 % en 2016. Une caractéristique intéressante est la durée de crédit, qui s’allonge, passant de 20,9 ans en 2015 à 21,4 ans en 2016.

Le département des Yvelines suit la tendance haussière avec un prix moyen de 3192 € m2 (+ 4,2 % en appartement) et un prix moyen pour la maison individuelle de 361 296 € (+10,5 % en 2016). En d’autres termes, les produits les plus recherchés sont les maisons individuelles ! La baisse de leur prix était tellement forte (à deux chiffres) durant la crise. Par comparaison, le Val-d’Oise affiche un prix moyen de 2710 € au m2 (+1,5 % en appartement) et un prix moyen de 296 276 € pour les maisons individuelles (soit 1,2 % en 2016). On constate le retour des acquéreurs dans des marchés délaissés, suite à la crise récente de l’immobilier.

2017, de la modération SVP !

Au total, le dynamisme du marché en province profite à toutes les régions en raison, principalement, du niveau bas des taux d’intérêt. Si l’activité est partout soutenue, un contraste se dessine au niveau des prix : les prix ont évolué de façon très disparate selon les anciennes régions (1). Onze d’entre elles (2) affichent une hausse du prix moyen au m2 tandis que neuf autres accusent toujours une baisse de prix.

Le marché a bénéficie d’une conjoncture favorable en 2016 et cela risque de ne pas se reproduire facilement. Les taux d’intérêt bas, les prix sages, le volume de ventes soutenu ont consolidé le marché immobilier dans un cercle vertueux. Selon Laurent Vimont, PDG de Century 21 France, «  2017 devrait donc être une année plus modérée en termes d’activité, mais attention à ne pas s’enflammer  » par une course vers la spéculation immobilière. C’est un conseil bizarre d’un tenant néo-libéral assumé car M. Vimont a conclu sa conférence de presse en demandant aux pouvoirs publics de « ne pas intervenir dans l’ancien » car le marché se régule correctement afin de faire rencontrer un logement, un budget et une envie de devenir propriétaire !