Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > La 7e circonscription, tombeau de la gauche ?
Publié : 12 février

Législatives 2017

La 7e circonscription, tombeau de la gauche ?

Après avoir « gagné » l’investiture par le biais d’un vote interne en décembre 2016, Marie-Hélène Lopez-Jollivet a suivi son mentor, Manuel Valls, vers une défaite annoncée lors de la primaire de la gauche. Désormais, et localement, les deux gauches semblent "irréconciliables" dans la 7e circonscription des Yvelines en raison des forces centrifuges : au niveau national, les hamonistes ne permettraient pas à Mme Lopez-Jollivet d’être la candidate PS ; d’autre part, cette dernière aurait fait la demande de devenir la candidate macroniste de la 7e.

Les socialistes ont publié, le 7 février, la liste de candidats investis par le PS dans les douze circonscriptions des Yvelines(1), sauf dans la 7e. Cette décision confirme les difficultés d’atteindre un accord entre les différents postulants, notamment entre Christophe Paris, 1er secrétaire de la section PS à Conflans-Sainte-Honorine et Marie-Hélène Lopez-Jollivet, maire honoraire de Vernouillet et ancienne conseillère départementale des Yvelines. Depuis des mois, la situation est délétère entre les « historiques de Conflans », qui avaient pignon sur rue, et étaient proches de M. Paris et les amis de Marie-Hélène Lopez-Jollivet qui voulaient, avec elle et pour elle, conquérir la cité de la batellerie. Elle avait même fait installer son QG avec une vue sur l’Hôtel de ville de Conflans-Sainte-Honorine.

"Superwoman" et ses pièges

Début décembre 2016, Marie-Helene Lopez Jollivet avait été également désignée candidate PS aux législatives dans la 7e circonscription des Yvelines avec 59,21 % des voix de l’ensemble des sections, contre 40,79 % pour Christophe Paris. Une dizaine de commentaires avaient suivi sur les réseaux sociaux avec des félicitations de style : « Bravo Marie-Hélène ; le plus dur commence maintenant, on compte sur toi pour les Yvelines.  » (2) Une autre internaute a ajouté : « Super Marie-Hélène, te voilà partie pour une nouvelle campagne avec tous nos soutiens... »

Cependant, la vie n’est pas un fleuve tranquille pour la « Super Marie-Hélène  ». Des embûches se sont profilées et ont fait douter de la solidité de la "Superwoman". D’abord, des accusations de triche ont été proférées par certains socialistes de la 7e circonscription. Ainsi, un Triellois avait été surpris de voir le nombre d’adhérents PS s’accroître de trois à douze pour la section famélique de Triel-sur-Seine. Michèle Christophoul, la première secrétaire PS de Verneuil-sur-Seine, est sortie de sa reserve pour relativiser cette pratique : « Je suis entièrement d’accord mais la tricherie est une chose extrêmement bien partagée dans notre parti et, ailleurs, dans tous les lieux de pouvoir . En tout cas en ce qui nous concerne à Verneuil, il n’y a aucune tricherie. Ensuite attention à ne pas juger trop vite. Attendons la commission de recollement [du PS] pour avoir des faits précis et les confronter [aux] statuts. » Résultat : la situation était « gelée », mais «  Superwoman » a continué à battre campagne dans la 7e car on l’a vue aux assemblées générales des associations, telles ADIV Environnement. Elle a aussi assisté aux différentes cérémonies de vœux qui se sont déroulées dans la 7e circonscription.

Après les résultats définitifs des primaires de la gauche (Belle alliance populaire ou BAP), Marie-Hélène Lopez-Jollivet a aussi enregistré une défaite qui aurait des conséquences majeures pour son avenir politique. Benoît Hamon l’a emporté contre Manuel Valls. Selon Le Canard enchaîné, certains hamonistes ont appelé les fédérations pour savoir quelles têtes allaient tomber. Avait-on enjoint la 7e circonscription de dégommer «  Superwoman » ? Personne n’est en mesure de le dire clairement. En outre, certains de ses supporteurs à Triel, Frédéric Spagenberg, 1er adjoint au maire et ancien écologiste, a été empêché de voter aux primaires BAP car l’intéressé ne voulait pas payer les arriérés des paiements obligatoires en tant qu’élu de gauche. Extrêmement fâchée, Marie-Hélène Lopez-Jollivet a commenté l’agissement d’un certain « camarade Mahmoud car [ce dernier aurait] craché dans la soupe et [après il] regrette que les copains ne veuillent plus en manger ! »

Divorce consommé

Bruno Girardon, socialiste à Conflans-Sainte-Honorine, a commenté la situation après la victoire de M. Hamon. « Le comportement de Marie-Hélène Lopez-Jollivet, a-t-il souligné, a été négatif car elle n’a pas participé pleinement à la section socialiste de Conflans et elle était isolée.  » Par conséquence, le mouvement de Macron a été une solution évidente pour "Superwoman". Mme Lopez-Jollivet aurait postulé à la candidature du mouvement "En Marche !" D’ici à la mi-février, elle aurait scellé le divorce avec ses anciens camarades socialistes. C’est cohérent avec son parcours politique.

Désormais, la 7e circonscription va être réservée à un(e) allié(e) du PS et Sandrine Grandgambe, première fédérale PS des Yvelines, « va militer pour un partenariat ». La seule option qui s’impose est un partenariat avec les écolos d’EELV et notamment sa candidate, Ghislaine Senée, maire et conseillère régionale d’Île-de-France. Loin d’être orphelins, les socialistes ne partent pas perdants : « On va faire un bon score avec Ghislaine Senée car nous travaillons depuis deux ans avec les élus EELV de Conflans, a conclu M. Girardon, et on risque peut-être même de gagner la 7e circonscription !  ». Cela serait le preuve que la 7e circonscription n’est pas le tombeau yvelinois de la gauche.
Article complet sur le J2R

Post-scriptum

Notes :

1. La liste publiée sur Internet :

1ère circonscription : Charlotte ROSSETTINI
2ème circonscription : Amroze ADJUWARD
3ème circonscription : Nicolas HUE
4ème circonscription : Monika BELALA
5ème circonscription : Michèle VITRAC POUZOULET
6ème circonscription : Angélique SILLY
8ème circonscription : Françoise DESCAMPS CROSNIER
9ème circonscription : Ali MOHAMMAD
10ème circonscription : Jean-Claude HUSSON
11ème circonscription : Benoit HAMON
12ème circonscription : Marie-Noelle BAS

2. Regis Schilard

3. Patricia Hemard