Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Jean-Marie Tétart : "je ne puis continuer à le soutenir"
Publié : 3 mars

Présidentielle 2017

Jean-Marie Tétart : "je ne puis continuer à le soutenir"

Dans un communiqué du 3 mars 2017, Jean-Marie Tétart, maire de Houdan et député LR de la 9ème circonscription des Yvelines, explique pourquoi il ne peut plus soutenir François Fillon dans sa démarche pour l’élection présidentielle alors qu’il l’a parrainé :"Je ne peux plus soutenir François Fillon".

Voici l’intégralité du communiqué publié par Jean-Marie Tétart, député "Les Républicains" (LR) de la 9ème circonscription des Yvelines et maire de Houdan, dans lequel il expose les raisons qui l’oblige moralement à ne plus soutenir le candidat de son parti pour l’élection présidentielle de 2017 ; François Fillon.
Certains pourraient dire que c’est l’hémorragie des soutiens de François Fillon qui continue mais les raisons évoquées par Monsieur le député expose clairement la difficulté dans laquelle la volonté du candidat LR à se maintenir le place, alors qu’il lui a donné son parrainage. Un position délicate qui le fait renoncer à son soutien et à être présent à la manifestation de dimanche au Trocadéro.
La question maintenant est de savoir : que seront les conséquences de son choix ?

Déclaration de Jean-Marie Tétart, député LR de la 9ème circonscription des Yvelines :

« J’ai rallié François Fillon au soir du premier tour de la primaire de la droite et du centre, je l’ai rallié pour son programme et parce qu’il semblait réunir sur son nom une majorité de français.

Après les révélations du Canard Enchaîné, j’ai continué à le soutenir en dépit du grand malaise que j’éprouvais, j’ai continué parce que je veux l’alternance. Lundi j’ai envoyé mon parrainage au Conseil Constitutionnel. J’ai été loyal.

Mais aujourd’hui, j’arrête de le soutenir et je n’irai pas au Trocadéro.

On peut par discipline, par réalisme, pour son pays, pour son parti, aller contre ses envies, c’est ce que j’ai fait. Mais depuis mercredi c’est trop, et je ne peux continuer à le soutenir car je trahirais ce que je suis et ce que les autres pensent que je suis.

La très grande majorité des français pense, à tort ou à raison, que François Fillon a profité du système à chaque fois qu’il l’a pu. Alors légal ou pas, ils s’en fichent. Ils auraient pu pardonner mais ils ne peuvent accepter que l’on ne tienne pas ses engagements, ils sentent qu’il est dangereux que la seule défense de François Fillon soit une attaque en règle de la justice.

Je n’irai bien sûr pas à la manif de dimanche au Trocadéro. On ne peut prétendre vouloir diriger la France en réunissant la foule pour l’inciter à la haine contre justice et médias, sauf à tendre dangereusement vers un populisme à la Le Pen ou à la Trump.
On ne peut prétendre ressembler la France quand on met en danger sa propre famille politique.

J’ai donné mon parrainage à François Fillon mais je ne puis continuer à le soutenir.

Je soutiens d’abord mon pays et l’impérieuse nécessité de le confier à nouveau à la droite et au centre, ce que François Fillon ne pourra pas réaliser, car les conditions même d’une éventuelle élection inespérée ne lui permettraient pas de gouverner.

Que cela soit juste ou non, qu’il y ait eu machination ou non contre François Fillon, cela n’a plus d’importance ! Cela peut être profondément injuste pour François Fillon. Je comprend qu’il ait envie de livrer un baroud d’honneur ou pour son honneur mais l’état de la France ne le permet pas. C’est l’histoire qui lavera ou non l’honneur de François Fillon. Et l’histoire montre quelquefois de grandes injustices !

J’implore François Fillon à se retirer, pour sa famille politique, pour la France.

J’ai conscience de la déception et du ressentiment que provoquera cette déclaration chez certains d’entre vous mais je me dois en toute circonstance d’être transparent sur mes positions. »