Vous êtes ici : Accueil > Nature > Environnement > 25 maires contre le projet de Calcia(Webtélé2R/SeineTV)
Publié : 31 mars

Parc du Vexin

25 maires contre le projet de Calcia(Webtélé2R/SeineTV)

Ce jeudi 30 mars 2017, 25 maires du Vexin ont présenté leurs raisons d’aller contre le projet d’extension de l’entreprise Calcia de sa carrières dans le Parc Régional du Vexin.

Les élus du Parc Régional du Vexin Français se mobilisent contre le projet Calcia d’extension de carrières cimentière sur la commune de Brueil-en-Vexin et par extension sur le parc ce jeudi 30 mars. A 11h, vingt-cinq maires en lien avec le parc et voulant montrer leur opposition ont convoqué une conférence de presse à la ferme de Saint-Laurent, route de Guitrancourt à Brueil-en-Vexin et ont présenté leur motion. Une zone agricole de 550 hectares est l’enjeu à terme de ce projet mais il n’y a pas que cela à en croire les maires et les élus de la Vallée de la Montcient, de la Vallée de la Seine et du Vexin présents en ce jour et leur motion.
A l’opposé le préfet et le Président du conseil départemental des Yvelines, Pierre Bédier, appuient l’entreprise.

« ...voire dangereux, pour les habitants de leurs communes et lʼavenir de leurs enfants. »

Cette motion et cette mobilisation se fait alors que la société Calcia/Italcimenti/HeidelbergCement se préparerait à déposer un dossier de demande dʼautorisation pour exploiter pendant 30 ans une carrière cimentière sur 104 hectares à Brueil-en-Vexin dans les Yvelines.
Pour les élus : « Ce projet lié à des décisions prises il y a près dʼun quart de siècle, leur paraît aujourdʼhui risqué, voire dangereux, pour les habitants de leurs communes et lʼavenir de leurs enfants. »
Parmi les élus, plus de 25 dʼentre eux (dont 25 maires), représentant environ 65 000 habitants, ont signé cette motion dans laquelle ils font part de leur opposition à ce projet qui menace la ressource en eau, les emplois et lʼactivité économique, les paysages et les terres agricoles de ce secteur du Parc naturel régional du Vexin français. Ce projet d’extension est destiné à poursuivre lʼactivité de lʼusine de Gargenville construite en 1921 et qui rejette dans lʼatmosphère 1000 tonnes de CO2, des oxydes dʼazote et des particules fines dans une zone classée comme sensible du point de vue de la mauvaise qualité de lʼair, selon les élus.

Parmi les signataires, Bruno Caffin ;Maire de Brueil-en-Vexin et Vice-président du Parc naturel régional du Vexin français, Gérard Béguin ; Maire de Sailly et Président du Syndicat de gestion des eaux de ruissellements de la Montcient, Thierry Jorel ; Maire de Fontenay-Saint-Père, Samuel Boureille ; Maire de Follainville-Dennemont, François Garay ; Maire des Mureaux et Vice-Président de la Communauté Urbain du Grand Paris Seine&Oise, Julien Crespo ; Maire de Vaux-sur-Seine, Jean-Marie Rippart, Maire de Jambville, Jean Mallet ; Maire de Mézy-sur-Seine, Yann Scotte ; Maire d’Hardrciourt et Conseiller Départemental des Yvelines, Ghislaine Lapchin-de-Poulpiquet ; Maire de Vienne-en-Arthies et Vice-président du Parc naturel régional du Vexin français, Gut Paris, ; Maire de Sagy, Stéphane Jeanne ; Maire de Oinville-sur-Montcient, Ghislaine Senée, Maire d’Evecquemont et Conseillère Régionale d’Île-de-France ainsi que Dominique Herpin-Poulnat ; Maire de Vétheuil et Vice-président du Parc naturel régional du Vexin français.

Une opposition en quatre points

Cette motion des 25 maires repose sur quatre motion afin de projet le bien-être des habitants du Vexin et de plus loin encore. Pour les élus, cette extension menace : les ressources en eau, les emplois et les activités économiques (touristiques), les espaces naturels et les terres agricoles, d’aggraver la pollution dans la vallée de la Seine.
Ce n’est pas la première fois que les habitants et les élus se mobilisent en nombre contre ce projet. Depuis le samedi 11 octobre 2014, la mobilisation n’a pas fléchi, bien au contraire avec le groupe d’opposants "Vexin Zone 109" (109 pour la parcelle). Ils se sont mobilisés contre la signature du Plan Intérêt Général (PIG), donnant à CALCIA l’autorisation détendre son activité sur une zone proche du Parc Naturel du Vexin. Un document qui a été signé le 19 mai 2015. Et pourtant, la mobilisation continue.