Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Ouverture de la campagne d’Ali Mohammad : Y a encore des possibilités(Webtélé2R/Se
Publié : 13 mai

Législatives 2017

Ouverture de la campagne d’Ali Mohammad : Y a encore des possibilités(Webtélé2R/SeineTV)

Samedi 13 mai 2017 à l’Espace de Quartier Gérard Philippe, Ali Mohammad a ouvert sa campagne pour l’élection législative de 2017 en tant que candidat pour le Parti Socialiste dans la 9e circonscription : un candidat jeune avec des idées nouvelles.

Plus de soixante-dix personnes, des élus, des présidents d’associations, des bénévoles, des citoyens tout simplement sont venus assister au lancement de la campagne d’Ali Mohammad. Ce jeune ancien adjoint au maire des Mureaux, lors de la mandature précédente, se présente pour le Parti Socialiste (PS) dans la 9e circonscription des Yvelines. Il avait donné rendez-vous à ses soutiens, ses proches, ses amis, des militants et bien d’autres, avec sa suppléante Dominique Fransceconi, a assisté à ce lancement de campagne à 17h.

« Cette campagne va être courte et intense » a déclaré Dominique Fransceconi, élue PS à Epône, qui a été la première à prendre la parole pour se présenter et ouvrir également un temps de présentation et de témoignages. C’est la troisième fois qu’elle participe à une élection législative et elle apporte son soutien à Ali Mohammad « un candidat apportant un projet utile et concret » avec lequel elle partage des valeurs laïques et socialistes.

« Par volonté on peut le faire ! »

Dominique Fransceconi a laissé la parole à Michel Vignier, un personnage politique célèbre sur la ville (conseiller municipal) et au-delà (ancien conseiller général), qui a souhaité parler d’Ali Mahommad. Pour lui, le candidat du PS est résumé par cette phrase « par volonté on peut le faire ! » et par deux mots également «  volonté et courage !  » Dans cette période, que Michel Vignier voit particulière et de mutation, il y voit aussi une période de changement s’ouvrant avec une nouvelle génération afin d’apporter une nouvelle imagination. Et Ali Mohammad en fait parti. «  Il est le candidat de la nouvelle génération et de la jeunesse ! » Il termine en mettant en avant la laïcité, un élément « essentiel et important dans un monde de doutes  », qu’il sait porter par Ali Mohammad.

Jacqueline Dages, bénévole associative et ancien professeur de lettres sur les Mureaux, a voulu également prononcer quelques mots pour soutenir son ancien élève : « Si je soutiens Ali, c’est parce que nous avons les mêmes valeurs !  » «  Il voit loin et juste ». Elle souligne un fait important vis-à-vis de cette élection : «  Il n’ignore rien du reste de la 9e circonscription ». Il est vrai qu’Ali Mohammad connait le tissu économique de la circonscription pour avoir été un élu très impliqué dans ce dernier domaine et pour avoir également organisé des débats autour de la question de la super intercommunalité, connue maintenant sous le nom de la Communauté Urbaine du Grand Paris Seine&Oise (GPS&O).

Jacqueline Dagès a également rappelé un fait, comme le fera également Marie-Françoise Savigny, ancienne professeur et élue aux Mureaux, qui prit la parole après : Ali Mohammad est arrivé en France à 8-9 ans, il a su s’intégrer et faire des valeurs de la France les siennes. « Cela fait des années que je n’ai pas prononcé des paroles de soutiens politiques, mais pour Ali… oui !  » Marie-Françoise Savigny a commencé ainsi son témoignage. Elle a connu Ali Mohammad jeune et elle l’a vu alors plein de questions et d’idées. Il défend et représente des valeurs qu’il faut défendre termine t-elle : « Il faut se battre pour les valeurs qu’il représente ! »
Un jeune homme d’Epône nommé Adrien a également a également voulu montrer sa sympathie au candidat du PS en disant : « Ali Mohammad a une qualité de pensée innovante !  »

M’Barek Akafou, secrétaire de la section du PS local, a pris la parole pour parler de son «  ami Ali  » car ils ont quasiment grandi ensemble aux Mureaux. Pour lui, Ali Mohammad porte des projets utiles et de développement économique pour le territoire, mais surtout des projets qui vont permettre de « se rassembler pour ce 3ème tour !  » Pour lui, Ali Mohammad est un candidat attaché à un territoire, qui va défendre la population et le territoire.

Renouveler, changement et révolte

Ali Mohammad a été le dernier à prendre la parole et à exposer les thèmes de sa campagne. Mais avant, il est revenu sur l’élection présidentielle. «  Le second tour a été difficile  » dit-il. Les français ont envoyé un message de changement et ils ont également montré leur colère froide pour lui. Face au risque du Front National, il fallait voter contre et il a voté Emmanuel Macron, mais il ne blâme pas les personnes qui se sont abstenues. « L’offre en face ne portait pas d’espoir ! » Pour lui, depuis 20ans, la politique ne s’est pas renouvelée : « Nous payons cette situation ! » Avec Emmanuel Macron, il a des désaccords de point de vue, d’idées, de projets, mais il y a des choses sur lesquelles il peut être d’accord comme douze élèves par classe dans les secteurs difficiles. Cependant, il y a des « divergences profondes » a-t-il précisé.
« Je ne blâme pas les personnes qui ont voté Macron ou Mélenchon en pensant voté utile ! » ajouta t-il. Pour lui, les législatives vont permettre aux Français de voter pour le programme qu’ils souhaitent.
Ali Mohammad veut un projet tourné vers l’écologie (enjeu pour aujourd’hui et pour demain), la jeunesse (« le rôle de chaque génération est de préparer la suivante »), qui fait rimer projets économiques avec la protection du salarié, qui rétablit le bon fonctionnement des services publics (surtout dans les zones rurales) et vers la prévention de la sécurité (police de proximité et plus de moyens).
Il résume en trois mots : renouveler, changement et révolte. « Révolte » est un terme fort qu’Ali Mohammad précisa en disant : «  Une révolte fédératrice, intelligente et positive !  »

Avant de terminer, il fait deux engagements une fois élu : la transparence par exemple sur l’utilisation de ses fonds parlementaires et il veut un lien direct avec les habitants en établissant une permanence. Ali Mohammad a conclu son lancement de campagne en disant : « Y a encore des possibilités en France. Et cela doit devenir banal (d’y accéder) ! »