Vous êtes ici : Accueil > Nature > Environnement > Scandale écologique dans la plaine
Publié : 21 février

Décharge sauvage

Scandale écologique dans la plaine

Samedi 17 février 2018, des citoyens ont été conviés à venir prendre la pose pour une photo devant la "plaine de déchets" située entre Triel/Carrières-sous-Poissy/Chanteloup. Une soixantaine ont répondu présents et plus de 1 000 ont signé une pétition en ligne lancée par Alban Bernard.

« 10 ans d’accumulation de déchets qui s’entassent dans la plaine de Triel/Carrières-sous-Poissy/Chanteloup. 10 ans de mesurettes réalisées par nos élus, avec un résultat plus qu’alarmant puisque que la plaine est devenue un océan de déchets. Une pollution principalement de débris de chantiers, de mobiliers de bureau, d’amiante et de plastique en tous genres. Les citoyens et les associations veulent que cela s’arrête définitivement ; même si le départ des camps de rom a quasiment stoppé le trafic à grande échelle, depuis rien ne bouge pour nettoyer la zone. Aujourd’hui les élus se rejettent la balle pour savoir qui va financer cette dépollution et les propos du président de la Communauté Urbaine (GPS&O) montre que rien n’est envisageable et décharge en plus sur les propriétaires. Que fait le Département, La région et surtout l’État ? L’État (Préfets successifs dans les Yvelines), en grande partie responsables de la déchéance de la plaine, d’une part par l’interdiction de cultiver en 1999 et d’autre part pour avoir laissé des camps de Rom pendant 10 ans » dit le communiqué d’Alban Bernard, habitant de Carrières-sous-Poissy, du mercredi 21 février 2018.

Alban Bernard a, également, créé une pétition en ligne à l’intention du Ministre de la Transition Écologique Monsieur Nicolas Hulot demandant de « Sauver la plaine de Triel / Carrières / Chanteloup » (lien vers la pétition). A ce jour, il y a déjà près de 1 000 signatures. Dans la foulée de la pétition, il a créé une page Facebook, un compte Twitter, un compte Instagram et un site internet.

Le samedi 17 février, les citoyens étaient conviés à venir prendre la pose pour une photo devant la « plaine de déchets » (photo qui illustre l’article). Une soixantaine de citoyens ont répondu présents.

Au printemps dernier déjà, les associations carriéroises et trielloise ASAEECC (Association de soutien des activités économiques, des artisans, des associations et de la qualité de vie à Carrières-sous-Poissy), Rives de Seine Nature Environnement et Triel Environnement avaient envoyé un courrier à Philippe Tautou, Président de la Communauté Urbaine du Grand Paris Seine&Oise (GPS&O) (avec copie au Préfet et aux maires) pour réclamer une table ronde avec tous les acteurs locaux afin d’avoir pour une solution pérenne pour la plaine. Pour l’heure, ils n’ont pas eu de retour.

La mobilisation autour de ce qui est appelé un « scandale écologique » ne fait que s’intensifier et elle a déjà son slogan : « Déchargeons la plaine !!! »

ASAEECC
Rives de Seine Nature Environnement
Triel Environnement