Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Société > Que d’eau que d’eau sur GPS&O
Publié : 12 juin

Inondations

Que d’eau que d’eau sur GPS&O

Depuis le 11 juin vers 17h, toute la nuit et une bonne partie de la matinée, la pluie n’a cessé de tomber sur GPS&O et la vallée de Seine, provoquant des inondations un peu partout et obligeant la fermeture de l’A13 entre Mantes et Poissy, tout en noyant des quartiers à Les Mureaux et en encerclant le Lycée François-Villon.

Ce matin du 12 juin 2018, ce n’est pas le nouvel opus de la grève à la SNCF qui a provoqué des bouchons et des retards pour les habitants de la Communauté Urbaine du Grand Paris Seine &Oise, mais la pluie. Entre le 11 et le 12 juin, il est tombé l’équivalent de deux mois de pluie en deux heures quasiment selon Météo France.
A 8h30, sur l’ensemble de l’Île-de-France, il y a eu 507 kilomètres de bouchons. Dès suite de la pluie et de ses conséquences, un talus s’est affaissé provoquant le déraillement d’un RER B entre Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines) et Courcelle-sur-Yvette (Essonne).

A13 n’a pas été épargnée

De nombreux incidents ont été signalés et l’Autoroute A13 n’a pas été épargnée. La pluie a ralenti la circulation entre Mantes et Poissy dans les deux sens. La circulation de l’A13 a été réduite à une voie puis fermée. Et à midi, les difficultés de circulation étaient toujours présentes dans les deux sens mais qu’entre Mantes et Les Mureaux.

Les inondations se sont multipliées un peu partout dans GPS&O comme à Les Mureaux, où les quartiers sud de la commune comme celui des Musiciens et de Comtesse se sont retrouvées sous l’eau. Un parking situé juste à côté du plan d’eau artificiel dans le Parc de Sautour et du Ru d’Orgeval s’est retrouvé sous l’eau ainsi que les voitures qui s’y trouvaient. Tout le quartier, en commençant par l’Allée Chopin jusqu’à l’Avenue de l’Europe, s’est retrouvé dans l’eau voire sous l’eau. Certains habitants ont alors appelé le quartier : Mureaux plage ! Le quartier de Comtesse s’est également retrouvé inondé et la commune de Chapet, qui est encore plus en contre bas, le fut aussi. Les pompiers ont fait entendre leur sirène toute la matinée et les facteurs n’ont pas pu distribuer le courrier. Étrangement, l’eau a réussi à monter jusqu’au pied du quartier de Grand-Ouest, où le sol des caves du Parc Hispano-Suiza se couvrait de flaques.

Le lycée évacué

Situé à côté du Parc de Sautour, le Lycée François-Villon a dû être évacuer en barque. L’eau, venant de l’A13 et du Ru, a entouré les bâtiments du lycée en montant. Les étudiants ont été évacués sur la journée.

La Mairie des Mureaux agit

En milieu de matinée, la Mairie des Mureaux a émis un communiqué d’alerte vis-à-vis des Intempéries et des inondations, confirmant que les conditions météorologiques de ces derniers jours ont causé des inondations importantes dans de nombreuses communes du territoire du nord des Yvelines. L’évacuation des eaux de l’autoroute A13, à travers les champs, a causé des inondations au sud de la ville et dans les quartiers précédemment cités. La ville a alors mis en place un lieu d’accueil en réquisitionnant le Gymnase Colette-Besson situé au 63, rue Paul-Éluard, afin d’accueillir les habitants concernés, ainsi qu’un numéro vert d’urgence : le 0 8000 78130 afin que chaque habitant puisse faire remonter ses difficultés.
Ce communiqué précise également que ce sont 10 familles qui vont devoir être évacuées au cours de la journée. Plusieurs écoles du sud de la ville ont également été fermées ce mardi matin et que plusieurs habitants sont également privés d’eau chaude. Il informe également du fait qu’un poste électrique a également été inondé dans le quartier de Grand-Ouest posant des problèmes d’alimentation électrique. Ce dernier point explique pourquoi il y a eu une coupure de courant dans ce quartier entre 4h50 et 5h15.

Selon Michel Carrière, adjoint au maire, chargé du développement durable, on a aménagé différemment le quartier de l’ANRU depuis quatre ans. Le quartier « a tout infiltré car on a mis du végétal partout. » Face aux polémiques soulevées déjà par les habitants des quartiers inondés, M. Carrière a affûté ses arguments : « les événements naturels ne sont pas maîtrisables ; nous nous les comprenons pas. Au contraire, on invente des avatars (par exemple, les nicotoïdes) qui vont nous faire crever. Finalement, ce serait peut-être bien ainsi : derrières nous, qui vivra ? » Et de lister la durée de vie probable de certains « animaux » : les dinosaures avaient vécu 150 millions d’années ; l’abeille dépassera-t-elle les 100 millions d’années ? En revanche, l’homme, l’animal le plus évolué, pourrait-il détruire toute la planète. Par conséquent, il faut laisser le végétal et la biodiversité en ville ; c’est la conclusion de l’adjoint à l’environnement Michel Carrière.

Météo France a souligné le fait que depuis le début de juin, plus d’un mètre trente d’eau est tombé, ce qui est un record.