Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Voeux 2019 à Hardricourt : un maire de caractère pour Gérard Larcher(Webtélé2R)
Publié : 27 janvier

Voeux 2019

Voeux 2019 à Hardricourt : un maire de caractère pour Gérard Larcher(Webtélé2R)

Samedi 26 janvier 2019 s’est tenue la cérémonie des vœux d’Hardricourt, où Yann Scotte, Maire de la commune et Conseiller Départemental des Yvelines, a présenté ses vœux en présence de Gérard Larcher, président du Sénat, qui voit en lui un élu de proximité de caractère tout en rappelant que les maires et les communes sont les bases de la République.

La cérémonie des vœux d’Hardricourt a été organisée dans la salle des fêtes de cette dernière commune « rurbaine » comme l’a dit son maire, Yann Scotte, lors de ses vœux de 2018. Une centaine de personnes, voire plus, étaient présentes pour cette cérémonie, dont de nombreux élus locaux ou, comme le dit très souvent Gérard Larcher, président du Sénat, également présent en ce jour, de proximité. De nombreux maires voisins, comme François Garay, maire des Mureaux, Bruno Caffin, maire de Brueil-en-Vexin, Jean Mallet, maire de Mézy-sur-Seine, Ghislaine Senée, maire d’Evecquemont, ou encore Jean-Louis Francart, maire de Chapet, sont venus assister à cette cérémonie comme Sophie Prima, sénatrice des Yvelines.

Sans hausse des impôts locaux pour la quatrième fois

C’est Fabrice Pourché, 1er adjoint au maire et aux finances de la commune, qui a ouvert la cérémonie en faisant le point sur la situation financière pour laisser à Monsieur le Maire le soin de revenir sur les projets passés et à venir. Il a commencé par le budget de la ville qui va être présenté prochainement sans hausse des impôts locaux pour la quatrième fois. Une décision prise en raison de l’équilibre financier de la commune, bien que la question de la suppression de la taxe d’habitation n’a toujours pas été réglée du côté du gouvernement. « Le flou perdure ! » s’exclama le premier adjoint. Pour lui, les questions prioritaires sont plus le chômage et le pouvoir d’achat. C’est la question des dotations et des moyens de plus en plus limités des communes qui sont sous-entendus ici. Mais pour lui l’espoir est permis car à Hardricourt, il y a : « des femmes et des hommes actifs, innovants et volontaristes  ». Il va donc proposer un budget prudent avec moins d’investissement compensé par des idées permettant de réduire les coûts comme des constructions moins énergivores. Il termina son propos en faisant trois vœux : que la Liberté d’entreprendre existe encore, que l’Égalité et l’équité fiscale soient des priorités du gouvernement et que la Solidarité entre tous demeure.

Une fin d’année difficile « douloureuse et chaotique »

Après la projection d’un film, retraçant les différentes actions et manifestations associatives, municipales ainsi que sportives de 2018, Yann Scotte a pris la parole pour présenter ses vœux à l’assemblée présente, en revenant sur de nombreux éléments de la vidéo, comme l’inauguration prochaine de la nouvelle mairie. Il a rappelé que la France a connu une fin d’année difficile « douloureuse et chaotique » et que 2019 a commencé aussi difficilement. Monsieur le Maire est revenu sur le mouvement des gilets jaunes en rappelant le fait que lors des vœux 2018, il a mis un casque de chantier, un blouson jaune, des bottes en caoutchouc en précisant que cette tenue est celle de l’élu de terrain mais c’est aussi celle qu’il portait depuis quelques jours en raison de la crue de la Seine. « Je n’ai pas la prétention d’avoir initié le mouvement ! » déclara Yann Scotte sur une note d’humour, cependant il a souligné ici, et à l’époque d’ailleurs, le mécontentement envers le gouvernement et les difficultés que rencontrent les élus locaux. Il a déclaré, dans son discours de ce jour, ne pas cautionner les violences, tout en précisant sa colère envers un ministre de l’intérieur incapable de «  gérer les manifestations ! » et un président qu’il a désigné comme « l’artificier de l’Elysée !  ». Il a, également, signalé sa sympathie envers ce mouvement qui recherche la « vraie justice ! ». Il ne faut pas réduire tous les gilets jaunes à des casseurs nuança t-il. C’est une crise de la société qu’il faut « penser  » ou « panser ». Ces deux orthographes sont possibles pour le Maire d’Hardricourt. En 2019, Yann Scotte a souhaité que les français s’apaisent et travaillent ensemble pour améliorer la situation (Tous les sujets abordés dans son discours sont à retrouver dans le reportage lié à cet article).

Monsieur le Maire a invité le président du Sénat à le rejoindre pour honorer de la médaille de citoyen d’honneur de la ville Jean Guilbaud, directeur de l’école Marcel-Lachiver d’Hardricourt, qui va quitter ses fonctions en juin.

« Il faut une ré-inclusion dans la République »

A la suite de cette remise de médaille, Gérard Larcher a été invité à prendre la parole. Un discours durant lequel, le Président du Sénat a rappelé l’importance des 36 000 communes et des élus de proximité en France car ils sont les bases de la République. C’est vers eux que les français se tournent dans les moments difficiles en rappelant l’attentat de Strasbourg. Le Président du Sénat voit dans le Maire d’Hardricourt un élu présent, investi et qui a du caractère à l’image de son discours et de ses engagements. « Il faut une ré-inclusion dans la République  » a déclaré Gérard Larcher partisan d’une décentralisation plus importante et qu’il faut « retrouver la confiance !  ». Pour terminer, le Président du Sénat a fait trois vœux : un vœu d’autorité, un vœu de dialogue et le vœu que le pays retrouve sa cohésion. (Tous les sujets abordés dans son discours sont à retrouver dans le reportage lié à cet article).

Cette cérémonie s’est terminée autour de produits locaux et de discussions.