Vous êtes ici : Accueil > Nature > Environnement > La Région Île-de-France donne son aval pour l’élargissement du Parc naturel (...)
Publié : 27 mars

Patrimoine naturel

La Région Île-de-France donne son aval pour l’élargissement du Parc naturel régional du Vexin

Le vendredi 22 mars 2019, le Conseil régional d’Île-de-France a voté l’engagement officiel de la procédure de renouvellement de classement du Vexin en Parc naturel régional. Neuf communes supplémentaires des Yvelines font partie de ce nouveau classement, dont Triel-sur-Seine.

Le périmètre du Parc naturel régional du Vexin a été arrêté le 8 mai 1995 avec 94 communes adhérentes dans les départements des Yvelines et du Val d’Oise, pour une durée de 10 ans (1995-2005). Dans le cadre des études préalables à la Charte, l’extension du périmètre aux communes de l’Oise avait été envisagé.

Toutefois, ce projet n’a pas été considéré comme abouti. Lors de la première révision de la Charte, démarrée en 2003, le périmètre d’étude avait porté sur 103 communes. A l’issue des 2 ans de prorogation de classement, le périmètre en vigueur, a été arrêté par décret du 30 juillet 2008, pour 12 ans, avec 99 communes adhérentes, dans les départements des Yvelines et du Val d’Oise. Sur les cinq communes ayant rejoint le Parc à cette période, trois sont situées en limite sud du territoire sur le secteur de la vallée de Seine et du massif de l’Hautil (Juziers, Evecquemont, Vaux-sur-Seine) et les deux autres, sur le bassin de l’Epte (La Chapelle-en-Vexin et Ambleville).
Les principes généraux de classement d’un territoire en Parc naturel sont basés sur l’article R. 333-4 dans la matière qui expose les critères auxquels doivent répondre les territoires de Parcs naturels régionaux, notamment :
- La qualité et le caractère du patrimoine naturel, culturel et paysager et représentant pour la ou les régions concernées un ensemble patrimonial fragile et menacé, et comportant un intérêt reconnu au niveau national.
- La cohérence et la pertinence des limites du territoire au regard de ce patrimoine et ces paysages, en tenant compte des éléments pouvant déprécier leur qualité et leur valeur, ainsi que les dispositifs de protection et mise en valeur existants ou projetés.

Voir la suite de l’article sur le Journal Des Rives