Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Économie > 3ème journée portes-ouvertes au Village de l’Industrie à Magnanville(Webtélé2R)
Publié : 2 avril

Semaine de l’industrie

3ème journée portes-ouvertes au Village de l’Industrie à Magnanville(Webtélé2R)

Le mardi 2 avril 2019, l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) Ile-de-France a organisé, en partenariat avec la Mairie de Magnanville, des entreprises du secteur et des partenaires du service public de l’emploi, la troisième édition de la Journée de l’Industrie au Centre Afpa de Magnanville. Une journée portes-ouvertes, labellisée par la semaine de l’industrie, qui a eu pour objectif faire découvrir les métiers, les formations et les perspectives d’emploi du secteur industriel.

De 13h30 à 18h, cette journée portes-ouvertes a présenté les perspectives d’emploi dans le secteur de l’industrie pour 2019, qui est à la hausse, également dans le Communauté Urbaine du Grand Paris Seine&Oise (GPS&O), ainsi que les formations présentes ici sur le site de l’Afpa à Magnanville, engagée dans la formation aux métiers recrutant dans ce secteur porteur. Effectivement, l’industrie, selon « Usine Nouvelle  » de janvier 2019, va recruter 175 000 personnes durant cette année.

Qu’est-ce que l’Afpa ?

L’Afpa est un opérateur majeur de la formation professionnelle en Europe. Il propose des formations aux métiers de l’industrie, partout en France. Les 650 formateurs qui les dispensent ont tous acquis une expérience d’au moins 5 ans dans l’industrie. Chaque formation permet d’obtenir un titre professionnel, dont les référentiels sont conçus en collaboration avec les 40 ingénieurs du département d’étude de la Direction de l’ingénierie et de l’innovation pédagogique. (https://www.afpa.fr/actualites/home-page-visites-virtuelles)

En 2018, l’Afpa a formé plus de 14 000 stagiaires dans le secteur de l’industrie, pour se qualifier ou se reconvertir, encore se perfectionner. Les femmes représentent un peu plus de 12% de ces stagiaires.

Cinq univers

L’objectif de l’Afpa, durant cette journée portes-ouverte, a été de mettre en relation la formation, le public et les entreprises ainsi que les institutions recrutant : « mettre en relation l’offre et la demande locale  ».

Le village, constitué par les tentes des partenaires institutionnels ou des entreprises, comme le Pôle emploi, les Missions Locales de Mantes et des Mureaux, le E2C 78-95, le GIR, SEINERGY LAB, ACTIVITY, ECAM EPMI, l’Armée, AFPA Le Réseau ou encore le Club BUSIN’ESS, se divisait en cinq univers : Soudage et chaudronnerie, Industrie Automobile, Maintenance industrielle, Production industrielle et Automatisme.
Pendant cette journée, 14 métiers ont été présentés par les formateurs ou les entreprises :
• Soudeur – Agent de Fabrication d’Éléments Métalliques – Chaudronnier (démonstration par l’entreprise GED)
• Électricien en Maintenance de Systèmes Automatisés
• Agent de Fabrication Industrielle
• Conducteur Industriel sur Machines Automatisées
• Équipier Autonome en Production Industrielle
• Réparateur automobile – Contrôle Technique Automobile (démonstration pour le public)
• Carrossier
• Technicien et Technicien Supérieur en Maintenance Industrielle
• Technicien de production industrielle
• Technicien Supérieur en Automatique Industrielle et Informatique
• Technicien Supérieur en Conception Industrielle Système Mécanique

Christophe Richard, formateur, a présenté avec ses stagiaires son domaine de compétence. La « Formation Technicien Supérieur Automatisme Informatique Industrielle » ou TSA2I est la formation qu’il propose à l’Afpa de Magnanville. C’est l’équivalent d’un Bac+ 2 ; un diplôme de niveau 3. Ses élèves deviennent des « Automaticiens ou Automaticiennes ». Un domaine de compétences qui est très recherché par les industrielles et qui a de nombreux débouchés. Younes Atila, ancien employé de banque, a intégré cette formation par l’entremise du Pôle Emploi, dans le but d’effectuer une reconvention totale et cela lui plait. C’est une formation très ouverte car les élèves viennent de différents horizons comme la restauration, la sécurité ou encore l’hôtellerie. Elle accueille aussi des élèves en décrochage scolaire. Cette formation permet aussi bien de remettre le pied à l’étriller que de se reconvertir. La plus grosse difficulté est de trouver un stage. Car beaucoup d’entreprises préfèrent engager une personne que de prendre un stagiaire explique Christophe Richard. Pour lui, prendre un stagiaire dans une entreprise permet à cette dernière d’évaluer ce dernier et de favoriser son embauche par la suite. Plusieurs de ses stagiaires ont décroché des Contrats à Durée Indéterminé (CDI) à la suite de cette formation.

La réalité virtuelle au service du recrutement

Le village de l’industrie présentait également une exposition d’instruments de musique par M. LE CAM (photographe), une exposition de travaux de recyclage d’ordinateurs, de téléphones portables et de bois par des entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire, ainsi que d’autres animations.

Trois conférences s’y sont tenues :
▪ La réforme de la formation professionnelle
▪ La réalité virtuelle dans le recrutement de collaborateurs (par RANDSTAD)
▪ L’usine du futur, l’impression 3D et les drones dans l’industrie (par l’ECAM EPMI)

Frank Mingaud, manager centre expert pros de l’industrie chez Randstad, a animé la conférence sur « La réalité virtuelle dans le recrutement de collaborateurs  ». Le but est d’utilisé la réalité virtuelle pour accélérer le recrutement des candidats en les rendant plus efficaces lors des entretiens. « Il y a 1 100 offres à pourvoir en maintenance industrielle » dit-il en ajoutant que 50% de ces offres sont en CDI. Il y a une vraie demande qui apparait dans ce domaine. Les entreprises, d’après ce qu’il voit actuellement, cherchent une main d’œuvre qualifié mais qui a du « savoir être » afin de bien les représenter. Elles sont prêtes à les former si nécessaire.
D’ailleurs, une cinquantaine d’entreprises étaient présentes sur le village afin de faire du « Job Dating », qui montre bien le fort besoin de ces dernières à recruter.

Cette journée s’est terminée à 18h00 par un mini-concert par l’école des « 4 Z’arts » de Magnanville.