Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Éducation > Réduction des moyens budgétaires pour l’insertion des jeunes accompagnés par (...)
Publié : 7 mai

Jeunesse

Réduction des moyens budgétaires pour l’insertion des jeunes accompagnés par les Missions locales : la colère monte au sein du réseau Île-de-France

Le réseau des Missions locales d’Île-de-France envisage toutes formes de mobilisation (mobilisation des élus, des syndicats, journée morte, etc.) pour éviter des mesures qui aboutiraient à la suppression de 70 emplois, soit la suppression des capacités d’accompagnement pour 10 000 jeunes en Île-de-France. Quant à l’impact dans les département des Yvelines, les mesures aboutiraient à la suppression de trois postes, soit un impact sur environ 450 jeunes yvelinois.

Actuellement, les 72 Missions locales d’Île-de-France accompagnent 165 000 jeunes dont 70 000 en premier accueil chaque année. Cette politique publique risque d’être arrêtée en raison des coupes budgétaires sans concertation. Depuis plusieurs mois, le réseau des Missions Locales fait face à une accumulation de difficultés budgétaires et organisationnelles pour le financement de l’exercice 2019 :

- Un financement de la Garantie Jeunes gravement remis en cause sur l’exercice 2019 avec une réduction de 45,5 % des autorisations d’engagement de crédits (de 1 760 000 € en 2018 à 96 000 € en 2019) ;

- Une baisse de 5,5 % de la dotation de fonctionnement pour les Missions locales de la Région Île-de-France (de 27 272 000 € en 2018 à 25 842 000 € en 2019) ;

- La mise en œuvre d’un budget intégrant un bonus/malus à l’efficience qui pénalise de nombreuses structures ;

- L’accentuation de la pression financière pour pousser à la fusion de certaines Missions locales, sans concertation, ni projet de structure ;

- L’absorption de Missions locales par des opérateurs de l’insertion socio-professionnelle.

Face à ces difficultés, l’Association régionale des Missions locales d’Île-de-France a obtenu un rendez-vous avec le préfet de région, le vendredi 26 avril. Ce rendez-vous a donné lieu à des propositions d’améliorations marginales de la maquette financière. La réponse n’a pas été convaincante pour le réseau de Missions locales.

Réunies le lundi 6 mai, les Missions locales ont décidé unanimement de rejeter les propositions du préfet de région et de persister dans leur refus de signer les Conventions Pluriannuelles d’Objectifs (CPO). Elles demandent à l’État le versement immédiat de l’avance de 50 % des crédits afin d’ouvrir de nouveau les négociations budgétaires, tout en ayant les moyens de continuer à assurer leurs missions de service public au profit de l’insertion socio-professionnelle des jeunes Franciliens.

A l’heure où les Missions locales sont attendues sur l’ensemble des politiques publiques d’insertion vers l’emploi des jeunes, du «  Plan Pauvreté » au « Plan d’Investissement dans les Compétences  » en passant par la « Garantie Jeune », il serait préjudiciable de laisser cristalliser ce mécontentement.

À propos de l’ARML-IdF

L’ARML-IdF (Association Régionale des Missions Locales d’Île-de-France) est l’association d’animation du réseau des 72 Missions locales franciliennes. Elle a pour vocation de fédérer et soutenir les actions des Missions locales de la Région Île-de-France.

Le rôle d’animation des Missions locales de l’ARML-IdF passe notamment par l’élaboration et le suivi du programme d’animation régionale, l’amélioration permanente de la qualité de l’offre de services des Missions locales et la valorisation de leurs actions auprès de l’ensemble de leurs interlocuteurs.

L’ARML-IdF apporte aux Missions locales d’Île-de-France un service à valeur ajoutée pour leur permettre de mener au mieux leur mission d’accompagnement des jeunes dans l’orientation, l’emploi, la formation, la santé, le logement, la mobilité et la mise en œuvre de leurs droits.