Vous êtes ici : Accueil > Nature > Environnement > Une exposition pour manifester l’inquiétude des habitants du Vexin
Publié : 2 décembre

Exposition&environnement

Une exposition pour manifester l’inquiétude des habitants du Vexin

A partir du samedi 7 décembre 2019, dans les rues de Brueil-en-Vexin va se tenir l’exposition "Nos plus belles images contre la pire des décisions : Une carrière cimentière".
Les 700 habitants de Brueil-en-Vexin veulent, ainsi, manifester leur inquiétude en préparant une exposition dans les rues pour montrer le charme et les réalités d’un village qui ne veut pas disparaître.

Cette exposition « Nos plus belles images contre la pire des décisions : Une carrière cimentière » sera inaugurée le samedi 7 décembre à 10H00 par de nombreux élus du territoire et des habitants.

Ceci est le communiqué qui a été émis par Bruno Caffin, Maire de Brueil-en-Vexin et Vice-président du Parc naturel régional du Vexin français, par rapport à la tenue de cette exposition, intitulé : « Itinéraire au cœur d’un village en lutte ».
« En juin dernier, les Ministres de l’environnement et de l’industrie et le Préfet des Yvelines ont donné à la société Calcia du groupe HeidelbergCement les autorisations nécessaires pour exploiter, pendant 30 ans, une carrière cimentière de plus de 100 hectares à Brueil-en-Vexin. Permettant ainsi à l’usine située à Gargenville de poursuivre son activité d’établissement le plus polluant de la vallée de la Seine.

Cette décision laisse les élus du territoire et les habitants dans le plus total désarroi.

Ce désarroi est d’autant plus grand qu’à aucun moment l’avis des élus, comme l’avis et la vie des habitants directement concernés, n’ont été pris en considération.

Élus, députés, parlementaires européens, conseillers régionaux et départementaux, maires, délégués communautaires de GPS&O, délégués syndicaux du Parc naturel régional du Vexin français, associations, Chambre d’agriculture, habitants de la vallée de la Seine et du Vexin, et tout dernièrement les élus du Conseil de Paris, des milliers de voix s’élèvent pour dire non à ce projet.

Et personne ne les entend !

Pourtant, le Président de la République avait déclaré récemment : "Une grande démocratie comme la France doit être en mesure d’écouter plus souvent la voix de ses élus et de ses concitoyens ».

Pourtant nos dirigeants affirment que l’écologie et le climat vont prochainement entrer dans l’article1de la Constitution et que « Rien ne peut plus être comme avant ». Les résultats des élections européennes leur ont donné raison. Mais les mots ne suffisent plus et arrêter un projet comme celui-ci serait un geste symbolique fort et une occasion de passer des paroles aux actes.

En attendant, à 45 km de Paris, les 700 habitants de Brueil-en-Vexin manifestent leur inquiétude en préparant une exposition dans les rues pour montrer le charme et les réalités d’un village qui ne veut pas disparaître. »