Vous êtes ici : Accueil > Nature > Environnement > Projet de déviation RD-154, achevons le !
Publié : 31 août

RD-154

Projet de déviation RD-154, achevons le !

La consultation des habitants sur la pertinence de ce projet aura lieu dans les semaines à venir. Les maires de Verneuil-sur-Seine, Vernouillet et de Chapet organisent un débat et une consultation ; les oppositions ont boycotté l’appel à coopérer pour préparer cette consultation ; eu regard de la nouvelle donne politique et environnementale il faut “achever” ce projet par un rejet franc et massif.

Le projet de « contournement » de la RD-154 est toujours d’actualité sur les schémas routiers du département des Yvelines. Si l’actuel président, Pierre Bédier, réalise cette infrastructure, il serait possible de « délester la traversée des centres villes du trafic de transit et de sécuriser les déplacements sur l’ensemble de la zone.
Cette déviation aura aussi pour effet d’améliorer la qualité de vie des habitants des agglomérations en réduisant les nuisances notamment sonores générées par le trafic de transit.
 » (1)

Ce plan avait été adopté par le département en 2010 et n’a pas changé sur le fond : il a donné une place prépondérant dans la mobilité à l’automobile. En outre, il a amorcé le plan de bétonnage de la Seine Aval (voir carte ci-dessus).

En 2010, le département des Yvelines avait adopté son plan d’investissement.

Un projet épuisant et épuisé

Or, la contestation contre ce projet de déviation a grandi au fur et à mesure que les conséquences de ce bétonnage deviennent visibles pour les habitants des communes telle Vernouillet et Verneuil. Déjà en 2011, un collectif d’associations avait écrit à Alain Schmitz, à l’époque président du département pour lui interpeller sur la probabilité d’un projet autoroutier A104 bis qui lierait les villes d’Achères d’Andrésy, de Triel, ce qui se concrétiserait par un pont au niveau de l’île de la Dérivation et du quartier Denouval (Andrésy) et d’une départementale qui coupera la plaine de Chanteloup jusqu’à l’entrée de Triel. Ce qui pourrait se concrétiser par une liaison saucissonné continuer vers Vernouillet et Verneuil avec la déviation de la RD 154. L’ADIV et des autres associations écologiques avaient organisé une série de manifestations contre ce dernier projet qui avait attiré, en moyenne, trois cents personnes par manif. L’ancienne maire de Vernouillet,Marie-Hélène Lopez-Jollivet avait prôné(2) le projet pour ensuite se dédire.

Sur le plan juridique, on a épuisé tous les recours sauf pour quelques propriétaires qui ne veulent pas céder le foncier pour une infrastructure qui bétonnera la plaine de Vernouillet, diminuant la surface agricole du territoire. Ainsi, les élections de 2020 ont donné des résultats probants contre la politique actuelle de « bétonisation » à la fois pour des projets de habitat comme des projets autoroutier dépassés par la nouvelle donne écologique.

Consultation et oppositions

Ville pivot, Verneuil-sur-Seine a changé d’exécutif, notamment par LA promesse d’arrêter le bétonnage et d’impliquer la population dans une consultation citoyenne pour savoir si l’on procède ou non à la réalisation de ce projet de contournement. Dans la foulée des élections municipales, Fabien Aufrechter a fait, le 8 août, bouger les lignes : il a « proposé aux trois groupes d’opposition (Alternative citoyenne pour Verneuil, Verneuil l’Avenir Ensemble et Vivre Verneuil Autrement) de participer le 19 août au soir à une réunion visant à coconstruire les modalités de la consultation citoyenne relative au contournement de la RD154.… (Il a) même proposé que cette réunion puisse se faire à distance via visioconférence afin de permettre aux élus qui n’étaient pas physiquement présents d’y participer. »

Pour le maire de Verneuil il s’agissait de pouvoir « échanger sur les modalités de la consultation et co-construire ensemble ses paramètres (gestion de la participation, conditions de participation, cahier des charges du prestataire, dispositif de communication, déclassification des documents, etc.). »
Cependant, les trois groupes de l’opposition, dont deux étaient favorables à cette consultation, ont refusé cette proposition de rendez-vous. les oppositions ont souligné le caractère « précipité  » de cette initiative. Le temps passant, une date ne serait notamment trop tardive pour le choix des prestataires, a répondu le maire.

Pire, sur Facebook, on y va dans le dénigrement : Thomas Gauvin a attaqué le maire en expliquant que le maire a fait du « greenwashing » ; en outre M. Gauvin a suggéré qu’ « il ne devrait pas y avoir de consultation ».

Finissons avec ce projet controversé

Cependant, Julien Grimler, ancien élu à Vernouillet a souligné un problème de fond sur la conformité de ce projet par rapport au sacro saint intérêt général. “C’est un projet qui doit s’inscrire dans une vision ou non de développement et d’attractivité. Comment un « habitant » peut avoir cette vision ? Je suis totalement favorable à cette concertation mais je trouve également regrettable que des mairies se dédouanent derrière cette concertation pour ne pas assumer. Soyons clair ! Le maire de Vernouillet (NDLR : Pascal Collado) était pour en 2014 ! Qu’en est-il aujourd’hui ? Peur de se mettre à dos «  les pour ou les contre » ? Que sont devenus les élus avec des convictions réelles sans vouloir faire «  plaisir » à l’électorat.”

Tout est résumé dans cette réflexion. Qui est légitime pour arrêter l’intérêt général ? Le peuple est et doit rester souverain. Même si l’on examine les résultats des élections à Verneuil-sur-Seine, à Triel-sur-Seine, le contexte de 2020 n’est plus favorable au « tout bagnole », synonyme d’une politique d’urbanisation qui artificialise la terre agricole sans aucune vision des enjeux environnementaux et climatique des années à venir.

Que des élus d’opposition refusent de prendre une demi-journée (même en visioconférence) pour contribuer à l’organisation de ce grand moment de démocratie participative, cela démontre que les oppositions ne sont pas constructives…

Le temps est venu pour finir avec des controverses d’une autre époque. Finissons aussi avec le système tout bagnole préconisé par le président actuel du département. Lors de cette consultation citoyenne, ce projet de déviation doit être rejeté massivement car il ne contribue en rien aux nouvelles exigences en matière de déplacement avec l’arrivée d’EOLE et la multiplicité d’autres moyens alternatifs de déplacement. Enfin, des citoyens éclairés doivent montrer la voie pour la sauvegarde d’un territoire vert, poumon d’Île-de-France, et porte d’entrée du Vexin.

Consultation démocratique et citoyenne se tiendra pour mémoire :
👉 du 1er au 8 octobre par voie électronique
👉 le 11 octobre dans les bureaux de vote
Pourquoi ces dates ? Parce que le calendrier prévoit un début des travaux du contournement de la RD154 avant la fin de l’année.

Post-scriptum

Notes

1. Lien vers le site du Département.

2. “Vernouillet s’oppose au Pont d’Achères” Journal 2 Rives, 30 janvier 2012. Marie-Hélène Lopez-Jollivet, maire PS de Vernouillet, s’oppose officiellement au projet routier reliant Achères et Triel. “Du fait de la A104 inachevée, les flux de circulation déboucheront immanquablement sur la RD 154”, à Vernouillet, explique l’édile.