Vous êtes ici : Accueil > Sports > Cyclisme > Pistes cyclables françaises : ça commence à bouchonner à vélo…
Publié : 28 octobre

Aménagement urbain

Pistes cyclables françaises : ça commence à bouchonner à vélo…

Vitesse moyenne, temps d’arrêt, durée des trajets : Quel bilan dresser de l’usage du vélo et des aménagements cyclables sur l’année ? Geovelo propose une analyse dans 5 villes françaises : Paris, Lyon, Nantes, Toulouse et Rennes..

Alors que les coronapistes ont été mis en place dans plus de 70 collectivités depuis le déconfinement, le vélo connaît un usage exponentiel ces derniers mois partout sur le territoire : +33 % en milieu urbain (jusqu’à +65 % à Paris), et +19 % en milieu périurbain et rural[1]. L’heure est au bilan.

1er constat : le temps d’arrêt lors des déplacements à vélo a fortement augmenté en septembre 2020. Indicateur permettant de mesurer la fluidité du trafic, ce dernier, après un pic à l’occasion du déconfinement, n’a cessé de baisser depuis et ce jusqu’à la fin du mois d’août : ‑8% sur cette période à Lyon, Nantes et Toulouse et ‑11% à Paris. Un retour à la hausse important a été constaté à la rentrée du mois de septembre sur l’ensemble des villes étudiées : +7% environ. Paris et Lyon, villes les plus denses en termes de population, sont naturellement celles à la circulation la plus hachée pour les cyclistes : près d’1 minute d’arrêt par kilomètre parcouru, contre 35 secondes pour Nantes, Toulouse ou Rennes.

2ème constat : la vitesse moyenne à vélo reste stable dans les villes françaises, en dehors d’une augmentation de 10 à 20% durant le confinement. Paris et Lyon sont là encore les villes où la vitesse moyenne est la moins élevée : 13km/h pour Paris, 13,5 km/h pour Lyon vs entre 15,5 et 16,5 km/h pour Nantes, Toulouse et Rennes.

« Certes, un léger phénomène de congestion vélo commence à apparaître sur les pistes cyclables de certaines de nos villes françaises. C’est en réalité une très bonne nouvelle, preuve de l’avènement des modes de déplacement doux entraîné par la crise sanitaire, et levier de futurs développements urbains en leur faveur ! En effet, certaines pistes cyclables, que l’on croyait pourtant surdimensionnées à leur création, sont aujourd’hui saturées, poussant à en demander de nouvelles.  » explique Antoine Laporte Weywada, directement du développement chez Geovelo.

« L’essor de la voiture individuelle au XXème siècle a révélé un paradoxe, analysé par Braess : la création de nouvelles voies augmente le nombre de véhicules en circulation, provoquant ainsi une augmentation des bouchons, et donc des réclamations pour de nouvelles voies… Ce cercle infernal peut et doit aujourd’hui être renversé pour devenir le remède aux maux de notre temps. En accélérant la création de pistes cyclables — moyen le plus efficace de développer l’usage de la bicyclette — un cercle vertueux est ainsi lancé.  »

3ème constat : les durées et distances des trajets ont évolué à la hausse depuis 2019 et le déconfinement. Aujourd’hui, le temps de trajet moyen à Paris et sa banlieue est de 25 minutes vs 20 minutes pour Lyon, Toulouse, Rennes et Nantes, alors que les distances moyennes sont quasiment partout les mêmes : 6,5km pour Lyon, jusqu’à 7,5km pour Toulouse et Rennes, et 7km à Nantes et Paris.

Selon Antoine Laporte Weywada, cela peut s’expliquer de deux manières : « Le déploiement des coronapistes est un sérieux accélérateur pour le développement du vélo. Plus globalement, depuis septembre 2019, ce sont plus de 6 000 kilomètres de nouveaux aménagements qui ont été référencés en France, portant à un total de près de 67 000 kilomètres les aménagements cyclables en France. Ces aménagements, et les récentes coronapistes, permettent peu à peu de résoudre des problèmes de discontinuité et offrent désormais la possibilité de faire des trajets entre les centres-villes et les périphéries de manière plus sereine. C’est le cas par exemple à Paris, avec la piste cyclable temporaire sur le pont de Neuilly pour aller à La Défense, ou encore celle avenue de Paris à Vincennes pour venir de l’est parisien. L’augmentation de la distance moyenne des trajets s’explique aussi par l’usage croissant des vélos à assistance électrique (VAE), notamment grâce aux aides à l’achat proposées par de nombreuses collectivités, qui permettent de réaliser plus facilement des déplacements plus longs au quotidien.  »

Voir en ligne : Geovelo

Post-scriptum

A propos de Geovelo

Créée en 2010 à Tours, par Benoît Brunberg et Gaël Sauvanet, la startup pionnière dans le calcul d’itinéraires à vélo, développe une application déjà téléchargée plus de 500 000 fois. Celle-ci intègre de nombreux services autour du vélo, et peut permettre aux collectivités d’obtenir de précieuses informations sur l’état et l’usage de leur réseau cyclable. Geovelo leur propose donc des services numériques autour du vélo pour accompagner leur politique sur les modes actifs. Site web : https://geovelo.fr/