Vous êtes ici : Accueil > Cultures > Patrimoine > Le Musée national d’histoire naturelle lance la restauration exceptionnelle (...)
Publié : 12 novembre

Histoire

Le Musée national d’histoire naturelle lance la restauration exceptionnelle du Mammouth de Durfort

Le Mammouth fait partie de notre imaginaire collective et le Musée d’Histoire nationale fait appel aux Français pour rénover cette pièce exceptionnelle via une plateforme de financement collaborative ULULE.

Espèce disparue depuis plusieurs millénaires, le mammouth continue de fasciner et d’enchanter l’imaginaire. Figure emblématique de la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée du Muséum, le mammouth de Durfort est l’un des plus grands spécimens du monde et le seul spécimen français monté et exposé. Il accueille, depuis 1898, des générations de visiteurs. Cependant, âgé d’un million d’années, ce squelette souffre des effets du temps et nécessite une restauration urgente, pour continuer d’émerveiller petits et grands.

Un mammouth unique en France

Découvert en 1869 à Durfort, dans le Gard, par l’ingénieur Paul Cazalis de Fondouce et l’archéologue Jules Ollier de Marichard, à la suite de travaux entrepris pour élargir une route, ce mammouth au squelette de 4 mètres de haut pour 7 mètres de long est par la suite envoyé à Paris, en pièces détachées réparties dans 31 caisses. Des études scientifiques réalisées sur le spécimen ont permis d’établir qu’il s’agit d’un mammouth méridional juvénile, mort embourbé il y’a plus d’un million d’années. Les mammouths se sont éteints, faute d’être parvenus à s’adapter au changement climatique lors de la dernière ère glacière. Le mammouth de Durfort présente un intérêt scientifique, patrimonial et pédagogique fort, il est donc primordial de le préserver.

Une restauration urgente

L’ossature est fortement dégradée, certains os sont même fissurés : le mammouth n’a jamais été restauré depuis sont montage et requiert des soins urgents ! Le projet de restauration devrait durer environ neuf mois, pendant lesquels le squelette sera entièrement démonté, les os nettoyés et consolidés. Enfin, le socle sera modifié pour redonner une posture plus dynamique au mammouth, actuellement en position de marche de quadrupède classique alors qu’il marchait l’amble (marche où les deux pattes d’un même côté bougent simultanément), comme les éléphants d’aujourd’hui.

Comment participer à sa restauration ?

Le Muséum lance une campagne de dons via la plateforme de crowfunding ULULE du 10 novembre 2020 au 7 janvier 2021. Chacun pourra alors, dès 5 € de don, devenir mécène de la restauration du mammouth de Durfort et s’associer à un projet de restauration exceptionnel, ainsi qu’aux valeurs scientifiques et pédagogiques portées par le Muséum national d’Histoire naturelle depuis près de quatre siècles. Des contreparties sont prévues en fonction de la somme investie.