Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Yves Vandewalle tire un bilan de sa mandature et analyse le jeu politique (...)
Publié : 12 janvier

Interview Webtélé 2r

Yves Vandewalle tire un bilan de sa mandature et analyse le jeu politique yvelinois(Webtélé2r)

Dans une interview donnée le lundi 11 janvier 2021, Yves Vandewalle, conseiller départemental des Yvelines et président du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse, s’est livré à un jeu de questions réponses autour de trois thèmes : bilan de mandature, le développement durable avec le fer du lance, les PNR, et le jeu politique yvelinois.

Évoquer le bilan d’un vieux routard de la politique yvelinois n’est pas aisé. Ancien député, ancien maire de Lévis-Saint-Nom et ancien vice-président du conseiller départemental, M. Vandewalle a toujours un œil vif et la perspicacité politique ne lui manque pas. Interrogé sur son bilan individuel pendant sa mandature de six ans, il la joue modeste car « la méthode de fonctionnement du conseil départemental laisse une place modeste à des individualités. » Pour lui, le département a rempli ses missions essentielles, notamment en matière de solidarité et de social, compétence primordiale dans le mille-feuille administratif français. Même si l’on a réussi à s’incruster dans des domaines tels la fibre optique, l’aménagement via la ruralité et/ou les grands projets du président Bédier.

Un département riche qui rempli son rôle social

Prenons le cas de la couverture de la fibre optique. M. Vandewalle avait, pendant la mandature de l’ancien président Alain Schmitz (2010−2015) conçu et mené à bien un projet de fibre optique, «  le premier programme en France !  » Le retour de Pierre Bédier (2015) a chamboulé le programme et a coûté car «  M. Bédier avait modifié les conditions du projet initial [ayant entraîné un retard et] un surcoût de plusieurs millions.  » Bon joueur, M. Vandewalle a admis que M. Bédier a cherché une nouvelle voie et a eu de la chance lorsque des opérateurs avaient commencé à investir dans la fibre optique.
En second lieu, le rôle du département prédomine le social. Contrairement à des autres départements, M. Vandewalle considère que «  nous avons la chance d’être un des départements le plus riches de France ». Encore une réussite affirme-t-il : « On a rempli notre mission de solidarité en faisant bénéficier de l’aide sociale à l’enfance et à la jeunesse… sans oublier l’handicape et le secteur de personnes âgés.  » Le coût et le rôle de la RSA sont importants pour la politique publique des départements français et cela a conduit à une explosion de la fiscalité en 2015 (+66 %). Ce «  virage fiscal  » a abouti à un record national.

Un virage fiscale erroné

Justement, la fiscalité a été au centre d’une dissension entre Yves Vandewalle et le président Bédier. Pour M. Vandewalle, la doctrine a été marquée par une modération. M. Vandewalle a souligné qu’en 2015, « on a fait un bond en avant qui se traduit par une pression fiscale sans précédent dans l’histoire départementale.  » C’était «  une augmentation massive et inutile, qui avait affaibli l’attractivité et sa compétitivité  » du territoire des Yvelines. De toute façon «  la trajectoire de la fiscalité de la taxe foncière n’a rien de flatteur » pour le président Bédier. En plus, cette politique a été inefficace car chaque année le budget du département dégage un surplus qui n’a rien à voir avec la dynamique économique du département.

Quant à son action dans le cadre du Parc Naturel Régional, M. Vandewalle est plutôt satisfait. Les quatre PNR en Île-de-France sont le fer de lance des politiques publiques en matière d’environnement et de développement durable.En plus, le financement du Conseil régional assure une sorte de pérennité, malgré le fait que ces quater PNR sont mal connus. Ces PNR sont intuitivement des bons outils pour mener quatre missions : préservation de la nature et du patrimoine historique ; aménager le territoire pour prévenir des risques naturels comme par exemple des inondations ; mener à bien des actions dynamiser le tissu économique et touristique de ces PNR. Le volet agricole est primordial pour les PNR car ces agriculteurs sont non seulement « des agents économiques, mais aussi des jardiniers de la Nature ». Ainsi, les PNR participent déjà au « Plan Alimentaire Territorial » afin de rendre possible la vente à la ferme et à l’autonomie alimentaire en générale.

Fin de règne

Sur la quatrième partie de l’interview, M. Vandewalle a livré une réflexion sur le rôle du politique. « Les politiques ont une pouvoir important et c’est essentiel » pour la démocratie. Malgré une administration omniprésente, «  le politique doit donner une perspective, une vision claire des affaires publiques. Ce n’est pas à l’administration de mener une politique, mais au politique, qui doit exercer  » pleinement la souveraineté de ses électeurs. Dans le passé récent dans les Yvelines, on est loin du compte. Pour Vandewalle, « on vit une pratique monarchique du pouvoir et le président Bédier gouverne tout seul ; c’est une manière archaïque de l’exercice du pouvoir  ».

Pour l’avenir, il faudrait «  plus dialogue, d’écoute » afin de ne pas tomber dans « l’infantilisation des élus  », comme c’est le cas aujourd’hui. Triste fin de règne pour M. le président du Conseil départemental des Yvelines !