Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Bien-être > L’ARS Île-de-France présente son plan contre les variants du Covid19 sur la (...)
Publié : 18 janvier

Covid 19

L’ARS Île-de-France présente son plan contre les variants du Covid19 sur la région

Ce lundi 18 janvier 2021, l’Agence Régionale de Santé d’Îlde-de-France, par communiqué, informe sur son plan visant à réduire la diffusion des variantes du SARS COV.

Voici l’intégralité du communiqué qui est mis à disposition.

Covid-19 : plan d’action francilien pour la réduction du risque de diffusion des variants du SARS COV

Les premiers cas de variants du SARS COV font l’objet d’une intervention spécifique pour réduire le risque de transmission du virus. En ce sens, l’ARS Île-de-France publie un plan d’action comprenant des mesures renforcées d’identification et de gestion, destinées à prévenir une circulation rapide des variants sur le territoire francilien.

Plan d’action : des mesures d’identification et de gestion renforcées contre la propagation des variants du covid-19

1. Renforcer les dispositifs de surveillance et de détection précoce des cas

Depuis le 23 décembre 2020, l’ARS Île-de-France utilise un système d’alerte renforcé et spécifique pour l’identification des cas d’infection aux variants. Celui-ci repose sur la transmission à l’ARS Île-de-France des :

· Cas possible : suite à un test positif avec notion de voyage au Royaume-Uni dans les 14 jours précédents le test. Ces cas sont transmis par le logiciel SIDEP ;

· Cas probable : suite à un test PCR positif avec la méthode Thermo Fisher et la mise en évidence du défaut sur le gène S. Ces cas sont transmis par les laboratoires au Point Focal Régional de l’ARS Île-de-France ;

· Cas confirmé : mise en évidence par le séquençage génomique du variant par le Centre national de référence (CNR), les laboratoires de Bichat ou de La Piété ainsi que tout autre laboratoire en capacité de le faire.

En complément, l’ARS Île-de-France renforce la surveillance épidémiologique pour repérer les situations à risques de circulation des variants et développe ses capacités de confirmation biologique (Thermo Fisher pour le variant britannique et séquençage) en mobilisant l’ensemble des laboratoires franciliens. Au sein de tous les laboratoires franciliens, publics et privés, tout test PCR positif doit donner lieu à une repasse en Thermo Fisher. Au 13 janvier 2021, les 22 centres de dépistage et de diagnostic covid-19 (CDDC) sont désormais capables de mener ces confirmations biologiques.

Compte tenu des caractéristiques des variants (transmissibilité plus importante, durée d’incubation plus courte et implication des premiers tranches d’âge), il est nécessaire d’adapter la surveillance épidémiologique. Plusieurs éléments sont particulièrement surveillés : zones locales de sur-incidence, zones d’accélération de la cinétique de propagation, suivi des indicateurs épidémiologiques des jeunes (0-29 ans).

N.B. : Les tests antigéniques largement diffusés en pharmacie repèrent la présence du virus, variant ou non, mais ne permettent pas de les distinguer. L’ARS rappelle aux professionnels de santé réalisant des tests antigéniques d’interroger le patient pour identifier les risques de contamination au variant, et en cas de risque avéré de le renvoyer vers un laboratoire pour réalisation d’un test PCR. Au sein de tous les laboratoires de biologie médicale franciliens, publics et privés, une interrogation systématique du patient doit être réalisée pour identifier le risque de contamination au variant.

2. Intervenir rapidement autour des cas pour interrompre les chaines de transmissions

L’organisation mobilisant les médecins et infirmiers de Veille Sanitaire et les équipes du Contact tracing de l’ARS Île-de-France permet une prise en charge prioritaire et spécifique en articulation avec l’Assurance maladie. En complément, des visites à domicile dans les 24 heures pour prévenir, conseiller et transmettre des mesures individuelles d’isolement sont mises en place.

Le dispositif d’intervention prévoit l’information et l’articulation avec les Préfets de département et le collectivités territoriales notamment en cas d’intervention dans les collectivités (établissements scolaires notamment) et pour les mesures de prévention locales (dépistages, sensibilisation, renforcement de la sensibilisation…).

N.B : Afin de garantir une intervention rapide, les cas possibles et les cas probables sont d’emblée considérés comme des cas confirmés pour les mesures de gestion, dans l’attente de confirmation du test Thermo Fisher.

3. Déployer des actions spécifiques vis-à-vis des publics et des lieux à risque

· En milieux scolaires : les actions de dépistage par tests antigéniques organisées par l’Education nationale dans les lycées et collèges prévoiront l’orientation systématique des personnes testées positives vers un nouveau test PCR réalisé avec la technique Thermo Fisher. En complément, un échantillonnage sera demandé aux laboratoires pour qu’une partie des prélèvements réalisés sur les sujets de moins de 30 ans soit transmise au CNR pour séquençage.

· En établissements sanitaires (ES) et établissements sanitaires et médico-sociaux (ESMS) : chaque cluster en établissement de santé ou en établissement du secteur médico-social sera documenté par une analyse virologique afin de rechercher le variant.

· Aux aéroports : pour chaque test antigénique positif, un prélèvement supplémentaire PCR sera demandé pour analyse au Thermo Fisher, en lien avec la Préfecture aux aéroports.

4. Surveiller et contribuer au renforcement des connaissances et à la veille internationale

Au-delà des travaux déjà engagés sur l’utilisation des données environnementales pour le suivi de l’épidémie, une démarche spécifique est engagée pour documenter la présence de variant dans les eaux usées, avec Eaux de Paris et le réseau OBEPINE.

Parallèlement, une surveillance est assurée par CNR des virus des infections respiratoires et des trois laboratoires qui le composent (Institut Pasteur Paris, Hospices civils de Lyon et Institut Pasteur de la Guyane). Au-delà du CNR, 46 laboratoires hospitalo-universitaires regroupés au sein du réseau de virologues hospitaliers de l’AC43 (Action Coordonnée Virologie médicale) de l’ANRS/Reacting sont également en capacité de séquencer le virus SARS-CoV-2.

L’ARS d’Ile-de-France