Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Bien-être > Protocole renforcé et nouveautés pour lutter contre les variants du COVID19 (...)
Par : Pollux
Publié : 8 février

Covid 19

Protocole renforcé et nouveautés pour lutter contre les variants du COVID19 en France

Ce dimanche 7 février 2021, un décret a été publié dans le cadre de la lutte contre les variants du COVID19 en France. Ces variants représentent 21,3% des nouveaux cas en France. La Direction générale de la Santé a publié une note afin de revoir tout le protocole sanitaire pour faire face aux variants de la Covid19. A cela, en ce lundi 8 février 2021, il faut ajouter le port obligatoire des masques de catégorie 1.

Quatre points se renforcent

En résumé, tout d’abord, le test antigénique ou test PCR positif sera accompagné d’un « test PCR de criblage » pour déterminer s’il s’agit d’une contamination au variant anglais, sud-africain ou brésilien. Dans ce cas, un deuxième prélèvement dans un laboratoire, dans un délai de 36 heures maximum, sera obligatoire.
Les personnes contaminées par les variants devront rester non plus 7 mais 10 jours en isolement. Mais surtout , ils devront faire un test de sortie d’isolement.
Les cas contacts de ces variants devront faire un test PCR le plus rapidement possible sans attendre une semaine après le dernier contact.
Dernier point, dans les écoles et établissements scolaires, la fermeture de la classe est automatiquement prononcée, suite à une investigation de« niveau 3 à la main de l’ARS(Agence Régionale de Santé) », et l’ensemble des élèves, ainsi que le ou les professeurs testés et les cas contacts identifiés « à J0 et J+7 par RT-PCR », si l’un des cas suivants est confirmé :

  • 1 enfant COVID+ contaminé par une des deux variantes d’intérêt ;
  • 1 enfant cas-contact d’un parent ou membre de la fratrie contaminé par une des deux variantes d’intérêt.
    Voir le document complet

Fermeture plus rapide

Ce dernier changement permet de fermer plus rapidement une classe, une école ou tout autre établissement scolaire. Ce fut le cas dans le Val-d’Oise où le collège Jules-Ferry est fermé en raison de plusieurs cas de Covid-19 dont deux cas positifs au variant sud-africain ce lundi 8 février.
Selon les derniers chiffres du ministère de l’Éducation nationale, datant de vendredi, neuf établissements scolaires étaient fermés en Ile-de-France en raison du coronavirus et de ses variants, à Créteil et dans l’académie de Versailles.
Pour rappel, la décision de fermer une école est prise par l’Agence Régionale de Santé, selon le protocole sanitaire édité par le ministère de l’Éducation nationale allégé le 22 septembre 2020. Le Maire de la commune ne décide pas contrairement à ce qui peut être dit (voire article du Dossier Familial). « L’ARS pourra décider de fermer l’établissement si elle juge que trop d’élèves sont considérés à risque en raison d’un brassage trop important ou des rencontres trop nombreuses dans des locaux trop exigus. »

Masque de catégorie 1 obligatoire

En dehors de ce protocole renforcé, ce lundi entrait en vigueur un décret publié le 27 janvier 2021 au Journal Officiel : seuls les masques chirurgicaux ou les masques « grand public » de catégorie 1 devront être portés par les élèves. Les familles avaient jusqu’à aujourd’hui, lundi 8 février 2021,pour s’équiper selon le décret.
Qu’est-ce qu’un masque « grand public » ? Ces masques sont des masques en tissu, le plus souvent lavables et réutilisables, destinés à prévenir la projection de gouttelettes, filtrant des particules émises d’une taille égale ou supérieure à 3 microns. Cela exclut les masques faits « maison » qui seraient moins efficaces. Pour tant, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Académie nationale de médecine ont critiqué la décision de certains pays, dont la France, d’abandonner les masques en tissu faits maison le 23 janvier dernier, car aucune étude ne prouve qu’ils seraient moins efficaces selon eux.

Pour information complémentaire, sur la commune des Mureaux, les facteurs ont distribué le troisième envoi de masques gratuits pour les personnes précaires bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire (CSS) et de l’Aide Médicale de l’État (AME).