Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Transports > GPS&O : Un plan vélo dans l’urgence
Publié : 26 mars

Mode de transports

GPS&O : Un plan vélo dans l’urgence

La Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise s’est finalement décidé de mettre le coup d’accélérateur pour le vélo ». Il vaut mieux tard que jamais.

Le diagnostic est le même depuis dix ans : on n’a pas un réseau de circulation douce dans le vallée de la Seine, même si l’on a fait un peu de «  greenwashing  » avec des opérations ponctuelles ici et là. Les nouveaux habitants de la partie est de la Communauté urbaine mettent la pression afin de se doter d’un réseau local qui s’inscrirait dans un réseau régional du vélo.

Lord de la réunion du conseil communautaire du 25 mars 2021, l’exécutif a fait adopté un plan d’action «  ambitieux » pour la période 2021 – 2025. Dans un communiqué du 26 mars, les communicants de GPS&O expliquent les trois axes prioritaires de ce plan d’action :

  • Le vélo loisir et le cyclotourisme avec la réalisation des itinéraires de la Seine à Vélo, l’axe touristique Paris — Le Havre traversant le territoire de GPS&O le long du fleuve. En parallèle, des aménagements sur l’autre rive seront effectués ;
  • Le vélo du quotidien avec la desserte des collèges et des lycées
    Ces deux premiers points représentent 126 km de pistes cyclables, dont 80 sous maîtrise d’ouvrage de GPS&O.
  • Le développement d’une offre de stationnement cyclable avec la création chaque année de 500 à 1 000 nouvelles places autour des grands équipements ainsi que dans les quartiers commerçants et les zones d’activités. Le déficit de stationnement est considéré comme le premier frein à la pratique du vélo, avant même le manque d’aménagements sécurisés. Des consignes collectives sécurisées (ex-Véligo désormais appelées «  Parking Vélos Île-de-France Mobilités  ») vont également se multiplier aux abords des gares.

Sur le plan budgétaire, la communauté urbaine a alloué 17,1 M€ afin de réaliser des pistes cyclables et d’équipements complémentaires d’ici à cinq ans. Certains secteurs verront une émergence de pistes cyclables tandis que d’autres secteurs feront l’objet d’études, notamment dans les communes telles Flins-sur-Seine, Aubergenville, Brueil-en-Vexin/Sailly, Jambville, Tessancourt-sur-Aubette et Conflans-Sainte-Honorine.

Selon la communauté urbaine, «  ces avancées entrent dans le cadre du schéma directeur cyclable 2019⁄2027 de la communauté urbaine. Approuvé le 12 juillet 2019, ce document stratégique vise un objectif à long terme de 850 km d’itinéraires cyclables accessibles sur le territoire communautaire. »

Espérons que cette décision politique soit pérenne et ne fasse pas l’objet d’un geste de « greenwashing » car si c’est le cas, il serait en-dommageable pour la transition énergétique tant voulue par les pouvoirs publics.