Vous êtes ici : Accueil > Nature > Environnement > 154 élus signent une tribune contre la déviation de la RD-154
Publié : 17 mai

RD-154

154 élus signent une tribune contre la déviation de la RD-154

Nous reproduisons un nouveau document publié par l’association ADIV- Environnement, sur son site Internet, relatif au débat sans fin à propos de la déviation de la RD154. 154 élus ont signé une tribune pour que soit pris en compte l’avis de la population.

Un nombre symbolique pour montrer l’opposition des élus à la déviation de la RD154 : 154 élus ont signé une tribune contre le projet de déviation de la RD154 et pour que soit pris en compte l’avis de la population.

Dans le détail, on dénombre 6 maires, 33 adjoints au maire, 2 sénateurs, 6 députés, 1 député européen, 7 conseillers régionaux, 5 conseillers communautaires et de nombreux conseillers municipaux ; tous ont signé un texte demandant l’abandon du projet de déviation de la RD154.

La tribune publiée reprend en grande partie les arguments développés, depuis de nombreuses années, par l’association ADIV Environnement : massacre écologique, projet inutile largement rejeté par la population lors de la consultation citoyenne d’octobre 2020 organisée par Verneuil-sur-Seine, Vernouillet et Chapet.

Face à cette forte mobilisation, nous n’attendons pas d’évolution notable de la position de Pierre Bédier sur la question : pour lui, hors de la construction de routes et du développement de l’automobile, point de salut : il est définitivement resté coincé au niveau des années 70.

Néanmoins, le projet de déviation de la RD154 devient chaque jour plus connu, plus contesté et plus attaquable. Jean-François Raynal, vice-président aux mobilités au niveau de Conseil Départemental se représente aux élections départementales de juin 2021 dans le canton de Verneuil-sur-Seine : il a toujours soutenu ce projet ; nous verrons s’il ose encore le porter lors de sa campagne électorale.

Selon les déclarations du maire de Verneuil lors de son intervention depuis l’allée de Séparation dans le Bois de Verneuil, les maires des trois communes ont envoyé un courrier au préfet des Yvelines pour lui demander de ne pas signer l’autorisation environnementale qui permettrait la réalisation du projet.

M. Aufrechter a également annoncé que si le préfet passait outre cette demande, les municipalités attaqueraient le projet en justice du fait de son incompatibilité avec les orientations du PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal).

De plus, certains propriétaires concernés par le projet ont demandé au Département la restitution de leurs parcelles puisque l’ordonnance d’expropriation a été publiée il y a plus de cinq ans et que les travaux de la déviation n’ont pas commencé.

Une autre action a été lancée par un collectif nouvellement créé, il s’agit d’une pétition auprès de Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique ; cette pétition a déjà recueilli de nombreuses signatures.

Enfin, au cas où le préfet signerait l’autorisation environnementale (dérogation pour destruction d’espèces protégées), l’association ADIV-Environnement déposerait un recours auprès du tribunal administratif : nous préparons ce recours depuis longtemps : nous saurons montrer l’insuffisance des études menées par le Département et l’incohérence des objectifs annoncés pour cette déviation, tantôt présentée comme une simple déviation locale, tantôt comme un projet structurant du réseau viaire du nord des Yvelines.

De jour en jour, l’opposition au projet de déviation de la RD154 devient plus nombreuse et plus forte : bientôt Pierre Bédier restera le seul à soutenir ce projet obsolète. On peut espérer qu’il se rendra un jour à l’évidence.

Article repris du site Internet de l’ADIV-Environnement.