Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Un fort moment démocratique dans le nord des Yvelines
Publié : 24 juin

Elections Départementales 2021

Un fort moment démocratique dans le nord des Yvelines

Pour ce 2e tour des élections départementales et régionales, le choix n’est pas encore net mais des perspectives sont ouvertes. Est-il possible de changer de “logiciel” politique ? Dans ce cas, lequel le citoyen devrait-il choisir ? Ensuite, pouvons-nous renouveler le personnel politique et, par conséquent, ses idées. En fait, tout est mêlé comme dans ce monde actuel, un monde sans boussole. Il est temps d’agir !

La crise démocratique se caractérise par l’absence d’horizon et d’idéaux. De plus, les partis sont moribonds et, dans le nord des Yvelines, le populisme semble se conforter et s’adapter au contexte local.

Le fort taux d’abstention (66,74 % en France) illustre cette crise qui s’amplifie par le manque d’objectifs et de promesses d’un monde meilleur. Dans les cantons de Verneuil-sur-Seine, des Mureaux, et de Conflans-Sainte-Honorine, constituant le champ d’observation du J2R, le vote des électeurs enverra un signal fort pour la démocratie dans ce territoire, voire dans l’ensemble de l’un des départements les plus riches de France. Pour sortir de cette crise, trois principes devraient régir leurs choix.

D’abord, le système politique du Mantois est à bout de souffle, mettant même à mal les principes de la démocratie. Des intimidations, des prébendes, des chantages n’ont plus de place dans une démocratie locale. La transparence est, plus que jamais, une nécessité ! De plus, l’uniformité et l’hégémonie de l’assemblée départementale sont une atteinte aux valeurs républicaines, l’intérêt général devant résulter d’un échange, voire d’une concertation, entre les gouvernés et les gouvernants. Depuis 2015, tout est fait de travers : une tentative de fusion entre le Département des Yvelines et celui des Hauts-de-Seine ainsi que le manque de concertation dans la mise en œuvre de politiques publiques à Triel, à Conflans-Sainte-Honorine et à Vernouillet en sont, notamment, des preuves. Pis, les projets d’infrastructures routières, en particulier la liaison RD30-RD190/Pont d’Achères et la déviation de la RD154, ne sont plus adaptés aux enjeux écologiques et économiques du XXIe siècle. Dans ces trois cantons, les sortants, au lieu d’agir pour protéger les populations fragiles (les pauvres, les enfants, les ados, les personnes âgées) et s’assurer que la solidarité départementale joue son rôle, ont méprisé la plupart des concitoyens.

Renouveler la démocratie passe par le renouvellement des cadres et des élus. Malheureusement, le pouvoir rend « accro » et peut être un facteur de corruption, au moins dans les têtes. Même si la loi a été modifiée, l’accumulation de mandats dilue l’action des élus et, par conséquent, de l’efficacité de la politique publique. Le Département des Yvelines a instauré des agences pour ceci ou pour cela, avec peu ou pas d’agents du service public investis pour l’intérêt général. Au contraire, il a bâti un système de Lego qui permet aux happy few d’exercer des miettes du pouvoir, laissés par le grand manitou de Versailles. L’agence de la ruralité, la coopération décentralisée en sont des exemples flagrants. Désormais, il est essentiel de commencer par la base, en envoyant un signal fort dans les trois cantons pour demander, non seulement de la nouveauté, mais aussi un changement profond des pratiques du Département des Yvelines vers plus de démocratie. Simultanément, pourraient être instaurées d’autres conceptions d’aménagement, d’action pour la solidarité, pour l’enfance et pour les collèges. En définitive, de nouvelles idées émergeront pour améliorer le cadre de vie et pour préserver les terres fertiles des Yvelines. Plus prosaïquement, mettons fin au système « tout bagnole » préconisé par le président actuel du Département des Yvelines !

Le temps est venu de mettre fin aux controverses d’une autre époque. Finissons aussi avec le système tout bagnole préconisé par le président actuel du département. Lors de cette consultation citoyenne, ce projet de déviation devrait être rejeté massivement car il ne contribue en rien aux nouvelles exigences en matière de mobilités avec l’arrivée d’Eole et la multiplicité d’autres moyens alternatifs de déplacement.

Le temps est venu de mettre fin aux controverses d’une autre époque. Finissons aussi avec le système tout bagnole préconisé par le président actuel du département. Lors de cette consultation citoyenne, ce projet de déviation devrait être rejeté massivement car il ne contribue en rien aux nouvelles exigences en matière de mobilités avec l’arrivée d’Eole et la multiplicité d’autres moyens alternatifs de déplacement.

En troisième lieu, l’accession au pouvoir politique est un moment critique pour l’avenir démocratique. C’est pourquoi ce scrutin est une bataille d’idées entre des hommes et des femmes qui ont, souvent, des contradictions en raison de leurs parcours et de leurs vies. Il est indispensable de choisir pour ne pas laisser, sur notre territoire, des « taches indélébiles », telles que la déviation de la RD154, le Pont d’Achères qui passe par Andrésy et des constructions sur les coteaux de Chanteloup-les-Vignes. Comme le disait Robert Kennedy, ancien sénateur du Massachussets (USA), c’est dans des moments décisifs que la démocratie (locale) a besoin de courage moral pour tenter de faire évoluer le monde, même si ce changement peut engendrer des sacrifices à court terme.

En définitive, c’est alors que peuvent être semés de nouveaux grains de démocratie pour demain.