Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Économie > Rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la blanchisserie (...)
Publié : 12 avril

Rapport financier

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye

Lundi 11 avril 2022, la Chambre Régionale des Comptes (CRC) d’Île-de-France présente, par communiqué, ses conclusions sur le contrôle de gestion des exercices 2015 et suivants de la blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye. Elle regroupe 19 membres, 14 établissements hospitaliers et cinq établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, situés principalement dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine et le Val-d’Oise.
La chambre formule sept recommandations, cinq de régularité et deux de performance.

Communiqué du 11 avril 2022 de la Chambre Régionale des Comptes d’Île-de-France sur le rapport d’observations définitives sur la blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye (78) formule sept recommandations, cinq de régularité et deux de performance. Une étude intéressante car le centre hospitalier de Saint-Germaine-en-Laye fait parti du Groupement Hospitalier Territorial où se trouve également le Centre Hospitalier Inter-communal de Meulan-Les Mureaux.

Rapport Bref

La blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye

La chambre régionale des comptes Île-de-France a contrôlé la gestion des exercices 2015 et suivants de la blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye. Elle regroupe 19 membres, 14 établissements hospitaliers et cinq établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, situés principalement dans les Yvelines les Hauts-de-Seine et le Val-d’Oise.

Créée en 2015, la blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye est un groupement de coopération sanitaire de moyen de droit public. Avec 18 tonnes en moyenne de linge lavé quotidiennement, la BIH78 fait partie des quatre principales blanchisseries inter-hospitalières de la région parisienne avec celles de la Seine-et-Marne (77), de Gonesse (95) et de l’Est Francilien (93).

La mutualisation d’une activité industrielle en recherche constante de performance

L’activité de blanchisserie est une activité industrielle qui nécessite de lourds investissements et est soumise à une réglementation contraignante, notamment environnementale. A l’exception de 2020 (crise sanitaire), l’exploitation est excédentaire et la blanchisserie se désendette fortement, en l’absence de nouvel emprunt depuis plusieurs années. Toutefois, elle est confrontée à une baisse d’activité qui passe de 19,4 tonnes par jour en 2016 à 17,5 tonnes en 2020, en raison de l’évolution des modes d’hospitalisation (développement de l’ambulatoire notamment).
En recherche constante d’amélioration de sa performance, la blanchisserie inter-hospitalière mène une politique de maîtrise des coûts et de rationalisation de l’organisation, en particulier de la consommation des fluides. Elle a obtenu une baisse de 3,5 % du prix facturé aux établissements membres, passé de 1,79 €/kg en 2016 à 1,73 €/kg en 2020. Pour augmenter le nombre de ses adhérents et accroître son activité, la BIH78 développe un nouveau modèle économique en adaptant ses prestations. Le projet de relocalisation en cours de réalisation s’inscrit dans cette démarche.

Le fonctionnement des instances de gouvernance doit être renforcé

L’assemblée générale se réunit régulièrement et remplit son rôle. Toutefois, la participation délibérative des représentants du personnel est irrégulière. La concertation entre adhérents en matière de gestion du personnel, en dehors de l’assemblée générale, pourrait être consolidée. En effet, la centaine d’agents est gérée par six employeurs, le groupement, employeur de contractuels de droit public, et cinq établissements pour les titulaires de la fonction publique mis à disposition. Les instances de dialogue social ne se réunissent pas assez régulièrement. Toutefois, les thèmes de la protection des travailleurs et de la santé au travail sont pris en compte. En 2020, lors des premières vagues de la Covid 19, la blanchisserie a investi 19 600 € en équipements de protection individuelle supplémentaires pour son personnel.

Post-scriptum