Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Mémoire > Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation le jour du (...)
Par : LO’
Publié : 24 avril

Devoir de mémoire

Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation le jour du second tour de la présidentielle

Ce dimanche 24 avril 2022, alors que les français votent pour le second tour de la présidentielle et doivent choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, est aussi la journée nationale du souvenir des victimes de la déportation. Une cérémonie s’est tenue aux Mureaux.

La journée nationale du souvenir des victimes de la déportation s’est tenue ce dimanche 24 avril aux Mureaux comme dans le reste de la France. Une petite cérémonie s’est tenue devant le monument aux morts du parc Jean-Vauzelle. Même si elle a attiré peu de monde, cette journée est marquée par le second tour de l’élection présidentielle et par l’affrontement entre le président sortant, Emmanuel Macron, et la candidate du Rassemblement National, Marine Le Pen.

Les origines de cette journée

Instaurée par la loi du 14 avril 1954, sur une proposition du sénateur Edmond Michelet, la Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation est là pour honorer la mémoire de tous les déportés sans distinction et pour rendre un hommage à leur sacrifice.
Cette journée a pour vocation de rappeler ce drame historique, les leçons à en tirer, afin qu’elles ne se reproduisent pas.
Le dernier dimanche d’avril a été dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d’extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale. Cette date a été retenue en raison de sa proximité avec la date anniversaire de la libération de la plupart des camps, et afin qu’elle ne se confonde pas avec aucune autre célébration nationale ou religieuse existante.

Cérémonie aux Mureaux

Une cérémonie s’est tenue aux Mureaux dans le parc Jean-Vauzelle devant le monument aux morts de la commune. Un dépôt de gerbe a eu lieu pour rendre hommage aux victimes de la déportation et honorer leurs mémoires. La gerbe a été déposée en présence d’un membre des anciens combattants et de trois élus : Bruno Le Guillou, 10e adjoint au maire chargé de la tranquillité publique, de la vie quotidienne et de la circulation, Mialy Ramanamandimby, conseillère municipale déléguée à la vie évènementielle, aux festivités et aux cérémonies, et Damien Delerin, conseiller municipal délégué à la communication et à l’image de la ville.

Un geste symbolique, certes, mais qui est chargé en devoir de mémoire à l’égard des disparus, des victimes de crimes alors qu’Europe, l’horreur des crimes de guerre est de retour, comme c’est le cas en Ukraine.