Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Affaire Samuel Paty : la collégienne reconnait avoir menti et cela ravive (...)
Publié : 9 mars

Affaire Samuel Paty : la collégienne reconnait avoir menti et cela ravive les colères

Ce lundi 8 mars 2021, dans l’affaire de l’assassinat terroriste du professeur d’histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre 2020, la jeune collégienne reconnaît avoir menti lors sa mise en examen pour « dénonciation calomnieuse ». Un fait qui avait déjà été établi lors de l’enquête. Elle reconnaît ne pas avoir été là lors du cours durant lequel Samuel Paty a montré les caricatures.
Or, la jeune collégienne avait accusé le professeur d’avoir stigmatisé les élèves musulmans lors de son cours et c’est le fait d’avoir rapporté cela à son père, actuellement en prison, qui a enclenché l’escalade meurtrière ayant conduit à la mort de Samuel Paty. En réalité, elle a avait été exclu de cours ce jour pour un autre motif mais elle avait présenté son exclusion à ses parents en lien avec l’affaire.
Selon ses propos, Samuel Paty aurait demandé aux musulmans de lever la main avant de les faire sortir de classe pour pouvoir montrer aux autres élèves une caricature de Mahomet. La collégienne avait indiqué avoir signifié sa désapprobation et aurait été exclu pour cela. Or cela n’était pas le cas. Elle avait été exclue pour autre chose et n’était, du coup, pas présente.
24 heures après les aveux de la jeune fille, qui sont un soulagement pour les parents de Samuel Paty selon leur avocat car cela restaure l’honneur du professeur pour eux, ce fait ravive également la colère des élèves, des parents et des autres professeurs.
La collégienne est depuis le meurtre scolarisé ailleurs dans un autre département.