Vous êtes ici : Accueil > Tribune Libre > Une histoire banale de déviation de l’essence même de l’intérêt général, (...)
Publié : 10 mai

Une histoire banale de déviation de l’essence même de l’intérêt général, l’exemple de la RD 145 (Yvelines)

Il y a quinze ans, une poignée de citoyens contre un projet inutile, destructeur et coûteux...
Au fil des années le groupe s’est étoffé et il a argumenté pour démontrer l’inutilité coûteuse et destructrice de ce projet dont les dessous ne sont peut-être pas...
Un projet vendu avec des arguments changeant comme la girouette...
Coup de théâtre local au printemps 2020 aux élections municipales.
L’équipe qui voulait prendre dans un fauteuil la suite du maire sortant, promoteur infatigable du projet est battu par trois poignées d’électeurs...
A l’automne 2020, une consultation locale démontre que plus de deux électeurs sur trois sont contre ce projet de contournement. Plus de vingt mille électeurs dans le secteur quand-même.
Les électeurs ont manifestement revu leurs copies ou bien ils ont pris le temps de consulter le dossier et d’aller sur le terrain.
Coup de théâtre à l’approche des élections cantonales et régionales, au printemps 2021, cent cinquante quatre élus locaux signent conjointement une pétition pour demander l’abandon de ce projet.
Le Cid n’aurait pas fait mieux...
A un mois des élections cantonales et régionales, cette levée de bouclier d’élus locaux et nationaux ouvre des perspectives :
- abandon pur et simple de projets inutiles, coûteux et destructeurs ;
- révision de projets inadaptés aux problèmes posés...
Il y a aujourd’hui suffisamment d’élus mobilisés pour lancer une consultation d’ampleur dans la confluence Seine & Oise...
En attendant, informez vous, cessez de prendre sans réfléchir des vessies pour des lanternes.
Délocalisez des élus locaux plus soucieux de leurs intérêts personnels ou de ceux de leurs commettants.
Au minimum, permettez leur d’avoir le temps d’approfondir les sujets concernés.
Dormez tranquilles braves gens, mais comme les chats et les chevaux, ne fermez qu’un seul œil.