Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Mémoire > Cérémonie du 8 mai aux Mureaux : "se tourner vers l’avenir"(Webtélé (...)
Publié : 8 mai

Commémoration

Cérémonie du 8 mai aux Mureaux : "se tourner vers l’avenir"(Webtélé 2r)

Samedi 8 mai a été organisée une cérémonie pour l’anniversaire de la « Victoire du 8 mai 1945 » aux Mureaux dans le Parc Jean-Vauzelle, devant le monument aux morts de la commune. La cérémonie de 2020 avait été annulée en raison du COVID19. Du coup, cette année, la célébration de la victoire sur le fascisme peut apparaître aussi comme une victoire, une petite victoire sur l’épidémie. C’est aussi l’occasion de parler de l’après COVID19 et de se tourner vers l’avenir.

Comme chaque année, la paix signée le 8 mai 1945 à Berlin et mettant fin à la seconde guerre mondiale en Europe (il faudra attendre septembre 1945 pour que la paix soit signée en Asie), est célébrée. Cela fait 76 ans que cette paix fut signée, d’abord le 7 mai en France puis le 8 mai à Berlin. La célébration de cette paix est, de nos jours, un important devoir de mémoire, qui raisonne lourdement dans les esprits en raison des problématiques actuelles. Lorsque des policiers sont pris pour cible par, ce qui est considérée dans l’un des discours prononcés par une association d’anciens combattants ce mai 8, une idéologie « archaïque », la question du devoir de mémoire se pose.

Aux Mureaux, contrairement à l’an dernier, la cérémonie du 8 mai s’est tenue dans le Parc Jean-Vauzelle, face au monument aux morts de la commune. Cependant, il n’y a pas eu de défilé à travers les rues du centre ville. Les anciens combattants, les élus, les officiels et le public « restreint » se sont réunis directement dans le parc à partir de 10h45.
Effectivement, en raison des mesures sanitaires, moins dures qu’en 2020, la cérémonie a été réduite. Parmi les officiels, la présence de Monsieurs Mounir Satouri, député européen Europe Écologie Les Verts (EELV), ancien conseiller municipal aux Mureaux, est à noter.

Gerbes et discours :

Même si cette cérémonie fut réduite, il y a eu les discours et les dépôts de gerbe. Le premier discours fut celui de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées,que Mialy Ramanamandimby, conseillère municipale déléguée à la vie évènementielle, aux festivités et aux cérémonies, a prononcé.
Puis, cela fut le moment des dépôts de gerbe devant le monument aux morts de la ville. En tout, six gerbes furent déposées par les différentes associations d’anciens combattants locales, dont la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA), par les conseils municipaux des enfants et des jeunes, par le député européen, Mounir Satouri, le conseil départemental des Yvelines, remise par un membre de la majorité municipal, et par la Mairie des Mureaux, par l’entremis de son Maire, François Garay.

Les enfants d’Izieu

Le discours des représentants du conseil municipal des enfants fut particulièrement poignant. Ils sont revenus sur l’histoire des « enfants d’Izieu  ». C’est un groupe de 44 enfants juifs de différentes nationalités, réfugiés dans une bâtisse transformée en colonie de vacances pendant la Seconde Guerre mondiale, sur le territoire de la commune d’Izieu, département de l’Ain, en France. Ces enfants furent déportés à la suite d’une rafle de la Gestapo, le jeudi 6 avril 1944. Ils furent exterminés à Auschwitz, à l’exception des deux plus âgés qui sont déportés et assassinés à Tallinn, en Estonie. Ils ont lu la lettre de l’un de ses enfant. Un moment difficile mais nécessaire pour que le devoir de mémoire se fasse.

Se tourner vers l’après covid19

Le dernier a prononcé un discours fut le maire des Mureaux. François Garay est revenu sur l’importance de la victoire mais aussi sur l’unité qui s’est fait pour l’obtenir. Son discours lui a permis de revenir sur la situation actuelle. Effectivement, une fois de plus, les pays s’unissent contre un ennemie. Cependant, cet ennemie n’a pas de pays, de couleur et d’idéologie. Il parle évidemment du COVID19. Pour lui, c’est maintenant que le pire est à venir. Il parle des conséquences de la crise sanitaire. Il faut se tourner vers l’avenir. L’après COVID19 ne sera pas un moment de tranquillité. Il espère que le 8 mai 2022 pourra être célébrer sans les mesures barrières, car cela signifierait que la crise sanitaire serait derrière nous.