Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Zoom 2R : Cédric Aoun et Marie-Hélène Lopez-Jollivet, candidats SE « (...)
Publié : 3 juin

Elections Départementales 2021

Zoom 2R : Cédric Aoun et Marie-Hélène Lopez-Jollivet, candidats SE « Rassemblés pour le canton de Verneuil-sur-Seine »(Webtélé2r)

Le J2R, sous l’impulsion d’Augustin Blin et d’Adrien Da Cas, a préparé et mené une série d’interviews des candidats aux élections départementales de juin. La dixième interview de la série a eu lieu le 2 juin 2021 : Cédric Aoun et Marie-Hélène Lopez-Jollivet.

Selon les deux candidats sans étiquette politique, leur choix est une alternative à l’absence de politique départementale dans le canton de Verneuil-sur-Seine. Le 2 juin, Cédric Aoun et Marie-Hélène Lopez-Jollivet «  Rassemblés pour le canton  » se sont exprimés sur les raisons de leur engagement « libre », c’est-à-dire sans aucune tutelle d’un parti. Pour Cédric Aoun, la voirie et l’assainissement n’ont ni de parti, ni d’idéologie. Ainsi, tout est technicité et financiarisation : « La capacité de subventionnement du département se chiffre à plusieurs centaines de millions d’euros », a souligné, M. Aoun. Quant au volet social, il est aussi impératif d’améliorer les liens de proximité avec les administrés, notamment après la crise sanitaire que nous finissons de traverser ; les anciens ont besoin d’écoute et d’attention. Comme tous les partis, l’écologie est au centre de leurs préoccupations.

Sur la déviation de la RD154, le quatuor (Mmes Lopez-Jollivet et Mailhos, MM. Aoun et Gourdon) s’oppose à ce projet qui va à l’encontre de la préservation de l’environnement et serait coûteux (30 millions d’euros). Pour le duo présent à l’interview, c’est un projet obsolète qui ne tient pas compte des changements structurants dans les bassins économiques locaux et dans le mode de vie et de mobilité des habitants.

Enfin, Mme Lopez-Jollivet et M. Aoun veulent représenter un mélange d’expérience et de jeunesse pour donner un nouvel élan dans le canton de Verneuil-sur-Seine qui, souffrant d’une pensée passéiste, est soumis à une méthode de gouvernance « vintage  ».