Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Yvelines : le système Bédier ou comment prendre le pouvoir et le (...)
Publié : 7 juin

Yvelines et politique

Yvelines : le système Bédier ou comment prendre le pouvoir et le conserver

Les élections départementales sont l’occasion pour le citoyen de choisir ses représentants à l’assemblée départementale. Yves VANDEWALLE, ancien Député des Yvelines et Conseiller départemental des Yvelines veut nous avertir par cette tribune, que le département est actuellement contrôlé par un personnage à bien des égards controversé, preuves à l’appui !

Pierre Bédier, le président du conseil départemental des Yvelines, aime le pouvoir, le pouvoir pour le pouvoir et le clientélisme qu’il pratique avec une certaine élégance est en réalité un redoutable instrument de conquête et de conservation du pouvoir.

Il ne s’agit pas d’acheter bêtement les électeurs comme à Corbeil-Essonne, mais d’une toile d’araignée constituée patiemment, fondée sur des réseaux d’influence complexes.

LE FIEF DE MANTES-LA-JOLIE

Dans les années 1990 il s’est d’abord constitué un fief électoral inexpugnable à Mantes-la-Jolie, en s’appuyant sur les communautés marocaine et sénégalaise par le truchement d’une multitude d’associations comme vous pouvez le vérifier en regardant ce reportage d’investigation de la chaîne de télévision M6 diffusé dans le 12 – 45 le 14 janvier 2021.

Aujourd’hui, Mantes-la-Jolie compte 2 mosquées, la première d’inspiration wahabite à l’origine, la seconde sous influence marocaine vieille de deux ans.

A tel point que certains évoquent un « bédiéristan » !

Cette influence par le truchement de très nombreuses associations a été relevée par la Chambre régionale des Comptes (voir les rapports de la Chambre régionale des Comptes des 17 octobre et 26 septembre 2018) car elles vivent notamment de subventions publiques, un moyen de s’attacher leurs membres dont certains vont jusqu’à faire partie du conseil municipal comme Amadou Daff, maire-adjoint, ancien président de Faderma groupement des associations sénégalaises du Mantois et militant du parti de Macky Sall.

Autre exemple, Sidi El Haimer, ancien attaché parlementaire de Pierre Bédier, élu municipal de longue date, premier adjoint au maire actuel, mis en examen pour « subornation de témoin » le 3 mars 2021.

Cette influence prend une dimension internationale avec la coopération décentralisée du département, instituée par Pierre Bédier, qui a l’apparence de la générosité mais qui est en réalité une facette d’un système clientéliste qui poursuit aussi des objectifs politiques au Sénégal. C’est ainsi que Dicko Sall (un membre de la famille du président du Sénégal) a été employée par YCID, un organisme chargé de la coopération décentralisée dans les Yvelines.

Une coopération décentralisée qui a donné lieu à des abus dénoncés dans un récent rapport de la Chambre régionale des Comptes sur la gestion de la commune, commis par Michel Vialey, ancien maire de Mantes-la-Jolie, ancien conseiller départemental, député LR depuis 2017.

Quant à une partie de la presse locale, elle est « soumise » puisqu’elle dépend des pages à caractère publicitaire achetées par les collectivités.

L’exemple le plus récent et probant est fourni par Mantes-actu qui a publié le 27 janvier 2021 un communiqué des «  institutions musulmanes » contre la « politisation » de Aziz El Jaouhari coupable d’avoir témoigné dans le reportage précité de M6 ! Une parfaite illustration d’un système où « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté » comme le dit la chanson.

Une politisation qui n’a pas gêné Pierre Bédier : il s’est rendu le 16 janvier à la mosquée Othmane Ibn Affane pour y défendre publiquement sa politique au mépris du principe républicain de laïcité !

Parallèlement, Pierre Bédier élimine tous ceux qui pourraient lui faire de l’ombre comme le sénateur Dominique Braye qu’il a fait exclure de l’UMP par les instances départementales du parti alors que c’était une figure incontournable du Mantois.

Cette politique a‑t-elle au moins permis d’apaiser le quartier du Val Fourré ? A en juger par les incidents graves qui s’y produisent régulièrement la réponse est non comme en témoignent les pressions pour la sécurité du chantier du nouveau collège du Val Fourré ou les actes contre la mairie.

C’est aussi l’avis du chercheur Bernard Rougier qui a témoigné devant la commission d’enquête sénatoriale «  combattre la radicalisation islamiste » le 17 décembre 2019.

Je cite « La pire des situations se produit quand l’écosystème islamique mord sur le système politique local : (…) à Mantes-la-Jolie, il faut passer par la mosquée pour trouver un logement social ou un emploi dans l’équipe municipale. C’est terrible ! Le système politique devient alors un instrument de valorisation du réseau religieux.  »

CONSEIL DÉPARTEMENTAL : LE RETOUR

A l’été 2009, Pierre Bédier a été contraint de quitter la présidence du conseil départemental à la suite de sa condamnation pour corruption comme le relate le journal Le Monde le 20 mai 2009.

Mais l’homme a plus d’un tour dans son sac ! En 2014, le conseiller départemental de Mantes-la-Jolie démissionne ainsi que sa remplaçante, la propre épouse de Pierre Bédier, ouvrant ainsi la voie à une élection partielle qui permet à Pierre Bédier de revenir siéger au conseil départemental !

Sous pression, le président du conseil départemental, Alain Schmitz, démissionne à son tour un peu plus tard permettant ainsi à Pierre Bédier de reprendre la présidence du département !

Michel Vialey, épinglé par la Chambre régionale des comptes, sera remercié par un mandat de député en 2017 (député LR des Yvelines).

A la tête du département qu’il dirige comme un monarque, Pierre Bédier décide de tout avec une assemblée départementale soumise car il ne fait pas bon fâcher le président du département.

Après avoir fait voter une augmentation massive et injustifiée des impôts, plus de 60% pour la taxe foncière entre 2015 et 2020, il dispose d’un énorme trésor de guerre (environ 200 millions d’euros fin 2019) qui lui permet d’assoir son pouvoir sur tout le département.

Quel élu local voudrait se fâcher avec celui qui tient la bourse des subventions ? De plus il n’oublie jamais ses amis, il se montre généreux avec les associations et la ville de Mantes-la-Jolie, sans compter les amis de la coopération décentralisée…

Car, sous couvert de générosité, la coopération décentralisée est l’un des instruments de ce clientélisme. Elle sert notamment à renforcer les liens entre les associations sénégalaises de Mantes-la Jolie et leur pays d’origine comme cela a été relevé par la Chambre régionale des Comptesqui s’est étonnée de leur nombre !

N’est-il pas surprenant qu’en 2018, 59% des crédits de la coopération décentralisée ont été utilisés par le réseau yvelinois et non pour financer des actions de terrain au Sénégal ou dans d’autres pays ?

Échange de bons procédés, Pierre Bédier s’est engagé dans l’élection présidentielle sénégalaise de 2019 en faveur de Macky Sall qu’il est allé soutenir dans une région bénéficiaire des aides départementales (!!!) où a été construite « la Maison des Yvelines » dont la Chambre régionale des Comptes n’a pas pu vérifier les factures ni l’intérêt.

Certains pensent que ses réseaux ont permis à Pierre Bédier de s’emparer de la présidence de la Fédération LR des Yvelines (qui investit les candidats aux élections…, il faut préparer l’avenir !) grâce à une avalanche de plusieurs centaines de nouveaux adhérents dans la circonscription de Mantes-la-Jolie juste avant l’élection !!!

A la tête du département, Pierre Bédier a aussi renforcé son influence sur la presse locale grâce à des subventions départementales ou via l’acquisition de pages publicitaires.

Le point d’orgue, le couronnement même, c’est la création de son parti politique personnel « Ensemble pour les Yvelines  », émanation du groupe politique majoritaire à l’Assemblée départementale, pour les prochaines élections départementales.

Dernier épisode en date de cette mainmise, le 30 janvier 2021 les amis (et quelques « compagnons de route ») de Pierre Bédier ont pris la tête de l’Union des Maires des Yvelines avec pour président Pierre Fond (déjà premier vice-président du département !), Anne Cabrit (secrétaire départementale de LR dont Pierre Bédier est le président !) et Raphaël Cognet, maire de… Mantes-la-Jolie !

JUSQU’ OU ALLER TROP LOIN ?

Ce système atteint parfois ses limites lorsque surgissent des conflits d’intérêts.

En cumulant les fonctions de président du Conseil départemental et de président de Citallios, une société d’aménagement dont il a été l’un des initiateurs, Pierre Bédier a tenté d’imposer cette société d’aménagement au maire de Versailles qui a réagi publiquement dans un article du journal Le Parisien le 3 avril 2018.

Sortant de sa réserve habituelle, le maire de Versailles, la plus grande commune du département, a dénoncé l’opération et le système clientéliste de Pierre Bédier ! Un luxe que seul le maire de Versailles et président de la communauté de Versailles-Grand-Parc peut s’offrir !

Depuis,Pierre Bédier a été contraint de quitter la présidence de Citallios car la présidence d’un tel organisme est interdite à vie aux personnes condamnées pour corruption.

Ce qui ne l’empêche pas de continuer à présider les « Résidences Yvelines Essonne » en toute illégalité !

TOUT CELA EST-IL GRAVE ?

Oui, car ce système transforme les citoyens en sujets et contrarie toute alternance démocratique.

Tout le contraire d’une démocratie fondée sur la liberté et l’intérêt général.

Il n’y a plus de liberté car les individus sont pris dans des réseaux d’intérêts où ils n’ont plus de libre-arbitre.
C’est un système contraire à l’intérêt général et par nature coûteux. Les choix ne sont pas toujours faits en fonction de l’intérêt général mais de relations personnelles et il faut pour cela beaucoup d’argent et par conséquent beaucoup d’impôts.