Vous êtes ici : Accueil > Associations Locales > Vie des clubs > La Compagnie des Contraires a fait danser Chanteloup pour ses 30 (...)
Publié : 14 juillet

Anniversaire

La Compagnie des Contraires a fait danser Chanteloup pour ses 30 ans

Retour en images sur le Festival Sillon d’Art clôturé par une parade festive dans les rues de Chanteloup-les-Vignes à l’occasion des 30 ans de la Compagnie des Contraires.

C’est non sans émotion que la Compagnie des Contraires a célébré ses 30 ans en paradant dimanche 11 juillet au pied des immeubles de Chanteloup-les-Vignes. C’est sur les coups de 14h que la parade organisée par leur cheffe de file Neusa Thomasi a pris le départ depuis le chapiteau du Repaire des Contraires au cœur du quartier de la Noé.

Venues en nombre, les familles ont rapidement succombé à l’originalité du show proposé, rythmé par le collectif musical Boa Bras Band venu du Mantois pour entourer la déambulation des circassiens. Mais c’est surtout le cheval et le chameau géants articulés qui ont subjugué la foule. Actionnés par des marionnettistes de la compagnie lorraine Paris-Bénarès, ces incroyables machines féeriques ont ravi les enfants tout au long de l’après-midi. Ces derniers ne se sont pas arrêtés de danser, sous l’impulsion de l’énergique Hamed Dris perché sur ses échasses.

Pour ses 30 ans, outre de nombreux spectacles organisés sur plusieurs places de la ville dès le 2 juillet, l’association a également participé à la Semaine de la Fraternité à Limay. Souvent critiquée et mise à mal, notamment lorsque son chapiteau a brûlé en novembre 2019 au bout d’une nuit de violences, la Compagnie des Contraires résiste toujours, en rappelant sans cesse que le cirque est un art populaire ouvert à tous. Pour rappel, cette association expérimente depuis les années 1990 de nouveaux modes d’interventions au-devant des jeunes franciliens dans leur cadre immédiat de vie. Par des cours d’art du cirque ou encore du théâtre de prévention, ses membres tentent de lutter contre la stigmatisation des quartiers populaires et l’enclavement de sa population.

Comme ils aiment si bien le dire, ils créent des souvenirs. Des souvenirs à retrouver dans le film de Léa Rinaldi, dédié à l’histoire de la compagnie, qui vient d’être présenté lundi 12 juillet au cinéma Les Arcades de Cannes dans le cadre du marché du film cannois.