Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Éducation > La réfection de la cantine du lycée François-Villon toujours dans (...)
Publié : 15 juillet

Lycée François-Villon

La réfection de la cantine du lycée François-Villon toujours dans l’impasse

Vétuste, la cantine du lycée François Villon aux Mureaux devait être refaite cet été. Les travaux ont finalement été de nouveau reportés, au grand dam du personnel qui ne se sent pas respecté.

La cantine vétuste du lycée François-Villon n’est pas prête d’être refaite ! Pourtant il y a bien urgence. Pour celles et ceux qui suivent l’actualité locale, on se souvient encore du couac de septembre 2020 qui avait privé pendant près de trois jours des élèves du lycée de repas à la cantine, remplacé par des paniers frugaux mis à disposition. En cause ? La panne d’un lave-vaisselle qui ne permettait pas aux agents d’assurer le nettoyage des couverts et autres assiettes.

En vérité, ce type de couac revient régulièrement au cœur de cette cantine scolaire aussi vieille que l’établissement : 1982. Selon nos informations, voici trois ans que le personnel attend des travaux pour le restaurant du lycée qui n’est plus en mesure d’accueillir convenablement l’ensemble des lycéens et leurs référents. Outre les appareils défectueux en cuisine (zone de production et zone de nettoyage), les toilettes obsolètes et les normes d’hygiène plus que douteuses, le réfectoire est bien trop petit pour accueillir les élèves demi-pensionnaires.

Un chantier au point mort depuis le 6 juillet

Initialement programmés au printemps 2020 par la Région Ile-de-France, ces importants travaux de rénovation de la cantine ont été reportés à 2021. Depuis mars dernier, cabinets d’architecture et entreprises diverses se sont en effet rendus sur place pour démarrer le chantier, notamment au niveau des canalisations sous la cour. Le personnel a même pu assister à plusieurs réunions. Mais depuis le 6 juillet, le chantier est finalement au point mort. Sur place, tout est à l’arrêt sous prétexte d’une obtention du permis de construire reçue trop tardivement, celui-ci étant suspendu jusqu’au 20 août…

Résultat ? C’est le statut-quo. Des bâtiments provisoires, fabriqués par Algeco, devaient être installés le temps des travaux sur les plots en béton posés dans la cour, et la Région pourrait bien se voir payer des pénalités pour cette commande non soldée.

(La zone de travaux qui devait accueillir les bâtiments provisoires le temps des travaux. (DR))

Dans un courrier adressé le 8 juillet au proviseur du lycée, la direction du patrimoine et de la maintenance du pole lycées de la Région confirme, après avoir échangé avec les services de l’urbanisme de la ville des Mureaux, qu’elle ne pourra pas obtenir dans des délais compatibles avec le calendrier du chantier les autorisations administratives nécessaires à l’installation de la demi-pension provisoire. Selon le calendrier initial, les travaux devaient se dérouler du 5 juillet au 31 août.

Au bout du compte, les travaux de la demi-pension dans l’actuel bâtiment sont de nouveau reportés à l’été 2022. Ce report annule de fait l’installation de la demi-pension provisoire dans la cour. La direction du patrimoine et de la maintenance du pole lycées indique même que les locaux de la demi-pension et la laverie resteront en l’état et en service jusqu’à la mi-mai 2022.

Un personnel qui perd patience

Le hic, c’est qu’en l’état actuel des choses, le personnel ne peut reprendre le service plonge. La remise en fonctionnement de la machine à laver n’est en effet pas réalisable. Une cuve est rouillée et les soudures déjà réalisées ne sont plus réparables. Ce qui provoque des fuites d’eau sur la partie électrique de la laverie, ne garantissant guère la sécurité des agents lors de son utilisation. Alors que le stockage de vaisselle mouillée est générateur de développement microbien, l’utilisation du jetable n’est pas envisageable au regard de la praticité du service (ndlr : ralentissement du service des élèves et surcoût).

De ce fait, le service restauration de la Région tente actuellement de trouver une solution rapide pour installer une nouvelle machine à laver adaptée à la configuration actuelle de la laverie. Le but étant que la laverie soit utilisable dès la rentrée de septembre.

De son côté, le personnel (une quinzaine d’agents) commence à perdre patience. Selon eux, des centaines de milliers d’euros viennent d’être jeté par les fenêtres, sans compter tout le travail réalisé en amont (ndlr : déplacement du plateau restauration dans différentes réserves telles que le gymnase pour libérer de l’espace, nombreux appels d’offres, études de marché et commandes et études de marché, etc.). Ces derniers ont le sentiment d’être menés en bateau et de ne pas être respectés. Ils pensent surtout au bien de leurs élèves nombreux à profiter de la cantine dans ce lycée mal desservi par les réseaux de bus. Sur 1400 élèves, 900 sont d’ores et déjà inscrits comme demi-pensionnaires dès la rentrée. Le compte à rebours est lancé.

Contactées le 12 juillet, les différentes personnes en charge du dossier pour la région Ile-de-France n’ont pas répondu à nos sollicitations.