Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > La police municipale de proximité est renforcée à Verneuil-sur-Seine et à (...)
Publié : 15 novembre

Police municipale

La police municipale de proximité est renforcée à Verneuil-sur-Seine et à Vernouillet

Les maires de Verneuil-sur-Seine et de Vernouillet ont mis le paquet pour renforcer les moyens humains et matériels afin de relancer la police municipale de proximité. Sous l’égide du syndicat intercommunal SIVUCOP, les effectifs vont être augmentés sans oublier les moyens techniques (vidéo surveillance…) et l’armement, qui sont indispensables pour attirer les meilleurs éléments pour une police municipale de proximité.

Dans une matinée froide d’hiver, le lundi 15 novembre, Pascal Collado et Fabien Aufrechter, respectivement maires de Vernouillet et de Verneuil-sur-Seine, ont confirmé leur détermination pour poursuivre la modernisation du SIVUCOP afin de se doter d’une police municipale complémentaire et moderne, dans le but de satisfaire les besoins en matière de sécurité des biens et de personnes de leur territoire, sur la rive gauche de la Seine.

Le SIVUCOP est un syndicat intercommunal à vocation unique pour « développer la sécurité sur le territoire de Verneuil-sur-Seine, Vernouillet ». La finalité du SIVUCOP « est de mettre en œuvre un ensemble d’actions pour protéger et servir la population. »

Le constat est implacable : les communes de Verneuil-sur-Seine et Vernouillet souffrent, de plus en plus, d’incivilités et de dégradations multiples (comme des tags urbains). De plus, des bandes organisées se déplacent pour faire régner la peur dans la population près des gares de Verneuil-sur-Seine. Cette zone reste isolée et n’est pas très couverte par les forces de la Police nationale, alors que des villes comme Chanteloup-les-Vignes ou Les Mureaux apparaissent comme prioritaires dans les choix de la préfecture pour la sécurité publique. Fabien Aufrechter a affirmé que « les moyens et le personnel ne sont pas suffisants » dans cette zone interstitielle.

En outre, Pascal Collado a souligné qu’une complémentarité est recherchée, dans un contexte d’unicité d’action coordonnée, entre la police nationale et les policiers municipaux du SIVUCOP. Pour aboutir à cette finalité, il a été décidé d’augmenter leur effectif à 15 agents, dans les prochaines années. En plus, ils vont être armés avec toute la panoplie requise pour être opérationnels : le port d’armes et de bâtons de self-defense sont des éléments nécessaires pour attirer des effectifs soucieux de « leur sécurité et de la sécurité des citoyens ». Sur ce point, les deux maires ont changé de conviction car il est évident que la concurrence entre villes fait qu’elles veulent être «  au top de la technicité pour assurer la paix et la sécurité de proximité. »

Quant aux finances, la sécurité publique n’a pas de prix même si actuellement chacune de deux villes dépensent 400 000 euros par an (en personnel et en frais de fonctionnement). Il serait question de doter la police municipale de drones lorsque la loi le permettra. Il faudra se préparer à l’arrivée (ou la mutation) de la délinquance par le flux de transports comme Eole. « Le seul bémol est que la police municipale ne devrait pas se substituer à la police nationale  », a conclu Pascal Collado avec son faux sourire. Le croit-il vraiment ?