Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Transports > Plus de calendrier de livraison pour EOLE à Mantes
Publié : 13 septembre

EOLE

Plus de calendrier de livraison pour EOLE à Mantes

Mardi 13 septembre 2022, à la suite de l’audition de SNCF Réseau au siège du Conseil Régional d’Île-de-France, la présidente de la région, Madame Valérie Pécresse a annoncé qu’il n’y avait plus de calendrier pour la mise en service du RER E, appelé aussi EOLE. Les retards continuaient à s’accumuler autour de ce chantier et pas uniquement autour de celui-là. Le groupe "Île-de-France en commun", siégeant au conseil régional, a publié à la rentrée un communiqué sur ce sujet.

Comme l’a annoncé la Présidente de la Région Île-de-France et d’Île-de-France Mobilité, Madame Valérie Pécresse, à la sortie de l’audition de SNCF Réseau au siège du Conseil Régional, ce mardi 13 septembre, l’arrivée du RER E (EOLE) à Mantes-la-Jolie pour 2025 est remise en question. En effet, en raison des retards, un calendrier n’est plus possible. Si la liaison avec la Yvelines du RER E est retardée, la ligne, elle, sera bien livrée mi-2023. Des retards qu’un communiqué du groupe Île-de-France en commun, qui rassemble au conseil régional les Socialistes, les Radicaux, les Écologistes et des citoyens, traite et pas seulement ceux d’EOLE.

Les propos qui sont tenus dans ce communiqué appartiennent aux personnes qui l’ont émis.

UN ÉTAT FUYANT ET UNE PRÉSIDENTE IMPUISSANTE : LES TRANSPORTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE EN DE MAUVAISES MAINS !

« En cette rentrée, les Francilien.nes ont retrouvé leurs transports en commun dans le même mode dégradé qu’avant les vacances !
Isabelle BERESSI, administratrice au conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités (IDFM), représentant notre groupe est intervenue pour soulever les problèmes, interpeller les divers responsables de cette situation et en particulier demander l’audition du Ministre délégué aux transports au CA d’IDFM.
La fréquence des métros, tramways, RER et transiliens reste celle des « petites vacances », pour des raisons de gestion et les usagers ont repris leurs trajets habituels, dans des conditions pénibles et inadmissibles !
Les grands travaux avancent au rythme des opérateurs et industriels et la SNCF décide, seule, de suspendre le projet d’une fréquence améliorée des RER B ET D ! C’est le programme NExTEO .1,6 millions d’usagers quotidiens apprécieront !
Les livraisons des nouvelles rames sur les RER D et E et des rames rénovées sur le RER B ne cessent d’être décalées, ALSTOM imposant son calendrier et reculant de mois en mois leurs arrivées : une certitude, celle de 2 ans de retard : livraisons en 2024… 2025 …. . A suivre !
Et que dire des travaux de prolongement du RER E à l’ouest, dit EOLE ?
La mission d’information et d’évaluation, engagée à notre initiative a démontré les retards, les défaillances dans la gouvernance et les surcoûts importants.
Pendant ce temps, l’État tourne la tête, alors qu’il devrait encourager les transports collectifs, avec l’ambition de les rendre davantage attractifs, car ils sont la solution la plus efficace pour des mobilités denses et décarbonées.
Il est responsable du contexte financier de SNCF Réseau en contraignant l’entreprise à l’équilibre financier dès 2024. C’est le contrat de performance que nos parlementaires n’ont eu de cesse de dénoncer. On ne peut pas étrangler la SNCF au risque d’entraver sa capacité à investir et de pénaliser les usagers !
Quant à la Région, sa présidente avoue elle-même son incapacité à faire respecter les objectifs par la SNCF, pour les travaux majeurs d’infrastructures et par les industriels pour la livraison des nouvelles rames. Les usagers avaient compris que sa « révolution des transports  » était un leurre.
C’est désormais un flagrant aveu d’impuissance !
Les mobilités en Ile-de-France méritent mieux que ces politiques de gestionnaires à courte vue et nous demandons la tenue des «  Assises de la mobilité », pour construire un nouveau modèle des déplacements dans notre région. »