Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Aménagement > Changement dans la direction de l’EPAMSA
Publié : 4 mars

Nominations

Changement dans la direction de l’EPAMSA

Emmanuel Mercenier (51 ans) a été nommé directeur général de l’EPAMSA (Etablissement public d’aménagement du Mantois-Seine Aval) par arrêté de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et du ministre auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement, en date du 25 février 2019. Il remplace Damien Behr, directeur général par intérim.

Emmanuel Mercenier est ingénieur en chef du corps des Ponts, des Eaux et Forêts (2002), titulaire d’un mastère spécialisé en management public et maîtrise technique (2001) de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, ingénieur diplômé de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (1991).

Les projets liés à l’arrivée prochaine d’Eole

Cette nomination prend du sens au moment où les opérations majeures de l’EPAMSA passent à la vitesse supérieure notamment avec l’arrivée d’Eole.

En 2024, le RER E, Eole, reliera Mantes à Paris en passant par Poissy. Le long de la Seine et du tracé d’Eole, l’EPAMSA pilote six opérations d’aménagement qui connaissent aujourd’hui une nouvelle étape dans leur développement. Autour de Mantes Université (40 ha), il s’agit d’inventer le futur pôle gare Eole et développer un quartier d’activités urbain et mixte dans Mantes Innovaparc (58 ha) à Buchelay. A Carrières-sous-Poissy, un centre-ville ouvert sur la Seine dans la ZAC Carrières Centralité (47 ha) se déploie dans l’Ecopôle Seine Aval (90ha) qui accueille des éco-activités du Grand Paris. Dans la ZAC les Hauts de Rangiport (11,6 ha) à Gargenville, l’EPAMSA reconvertit une friche industrielle en quartier mixte alors que la redynamisation de la ZAC Cœur de Ville (4,4 ha) à Bonnières-sur-Seine arrive à terme.

Une expertise dans la conduite de grands projets structurants en Ile-de-France

M. Mercenier est-il l’homme de la situation ? Depuis 2014, il était directeur des Grands Projets (Direction Générale des Services) au Conseil départemental des Hauts-de-Seine. Il a été responsable du pilotage et de la coordination d’ensemble des projets stratégiques d’attractivité et de développement du département (volets aménagements, transports, bâtimentaires, culturels, patrimoniaux,…). Il a orchestré le suivi de Paris La Défense Arena (hôtel du département), la Seine musicale sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt, la Caserne Sully à Saint-Cloud et la Vallée rive gauche, à Issy-les-Moulineaux, Meudon et Sèvres (20 ha à aménager, berges, infrastructures).

De 2009 à 2013, il a occupé la fonction de directeur adjoint, chargé de la maîtrise d’ouvrage des infrastructures (Pôle Aménagement du Territoire) au Conseil départemental des Hauts-de-Seine. Interlocuteur privilégié sur les sujets stratégiques d’aménagement du territoire, il était aussi responsable des programmes et études en amont.

De 2006 à 2008, il était directeur de l’Exploitation et de la Modernisation du Réseau de Voies Navigables de France (VNF), adjoint au chef du Service Navigation de la Seine. De 2002 à 2005, il a occupé le poste de directeur du Laboratoire Régional de l’Ouest Parisien. au sein du Réseau Scientifique et Technique du Ministère de l’Equipement. De 1996 à 2001, il était chef de la Subdivision Etudes et Grands Travaux à la Direction départementale de l’équipement des Yvelines. Il a débuté sa carrière en 1992 à la Direction générale de l’Aviation Civile en tant que chef de bureau d’études (Service spécial des bases aériennes d’Île-de-France).

En somme, les chantiers du périmètre Opération d’intérêt national, où l’EPAMSA est l’acteur principal, attendent le nouveau directeur de cet établissement qui n’a pas encore trouvé la recette de la réussite...

Quel nouvel usage pour la Halle Sulzer ?

L’EPAMSA au MIPIM : présentation du projet de réhabilitation de ce lieu emblématique lors du MIPIM le 13 mars au stand C12-A5

Mantes Université, opération à l’intersection des communes de Mantes-la-Ville, Buchelay et Mantes-la Jolie, va devenir un véritable quartier de gare grâce à l’arrivée du RER E (Eole) en 2024. Le projet est d’ores et déjà largement engagé avec la réalisation de plusieurs équipements publics structurants, comme l’Ecole nationale de musique (ENM), une piscine, l’Ecole d’ingénieur ISTY et la livraison de plus de 1000 logements (photo : Halle Sulzer. Crédit : EPAMSA).

A la suite de l’étude spécifique autour de la création du nouveau pôle d’échanges multimodal généré par l’arrivée d’Eole, l’Agence Nicolas Michelin & Associés a été désignée en mars 2018 pour mener l’étude globale sur l’ensemble de la ZAC. Il livrera au MIPIM, un point d’étape clé de son avancement.

Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines, président de l’EPAMSA, 3e vice-président délégué aux grands projets et à l’attractivité économique de Grand Paris Seine & Oise

Emmanuel Mercenier, directeur général, EPAMSA, Denis Courtot, directeur de l’aménagement et du développement, EPAMSA, et Nicolas Michelin, architecte-urbaniste de la ZAC Mantes Université sont heureux de convier mercredi 13 mars à 16 h sur le stand C12-A5 à une présentation de la ZAC Mantes Université révélant et valorisant un bâtiment exceptionnel du patrimoine industriel

Avec Mantes Université, l’EPAMSA reconquiert les friches industrielles et ferroviaires pour aménager un quartier mixte déjà desservi par le Transilien et le TGV. En 2024, le pôle d’échange multimodal accueillera le RER Eole et permettra d’accéder en 25 minutes à la Défense. Le renforcement souhaité des pôles multimodaux et la libération de fonciers sur le périmètre de Mantes Université invitent à adopter une approche transversale et globale.

Le quartier se construit autour d’équipements et d’espaces publics structurants existants : l’École Nationale de Musique, l’Institut des Sciences et Techniques des Yvelines (ISTY), le centre aquatique Aquasport, une résidence étudiante et jeunes actifs. Il accueillera à terme environ 2500 logements, en accession ou logements aidés, dont plus de 1000 sont déjà livrés ou en cours de livraison, des écoles, des commerces, des programmes tertiaires, des espaces d’activités et de services.

Dédiée à l’assemblage des moteurs de bateaux fabriqués par l’usine Sulzer de Mantes, la halle date des années 60. De dimensions colossales (30 mètres de large et 300 de long pour une hauteur de 28 mètres), c’est un véritable signal urbain et le témoin principal du passé industriel du site. La conservation et réutilisation de ce bâtiment sont un enjeu fondamental pour l’ensemble du territoire du Mantois

Calendrier

2012-2016 : 1000 logements livrés

2017 : lancement de l’étude pôle gare en co-maitrise d’ouvrage avec GPS&O, SNCF Réseaux et SNCF Gares et Connexions

2018 : livraison de 80 logements ICF et d’un centre de loisirs SNCF, choix d’un nouvel urbaniste (ANMA) en mars

2019 : point d’étape

Mantes Université

• 40 ha

• 2500 logements dont 1100 livrés ou en cours de réalisation

• Gare SNCF, RER Eole (en 2024)

• un pôle technologique universitaire (Isty, 2014)

• un pôle commercial

• Des équipements publics existants : la piscine Aquasport (2014), l’Ecole Nationale de Musique, de Danse et de Théâtre (2006) et à venir des écoles et des crèches.

• Architecte-urbaniste : agence ANMA depuis 2018
• BET VRD : ARCADIS - Paysagiste :