Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Conseil municipal aux Mureaux : l’opposition est-elle déjà en campagne pour (...)
Publié : 17 septembre

Conseil Municipal

Conseil municipal aux Mureaux : l’opposition est-elle déjà en campagne pour 2026 ?

Un conseil municipal s’est tenu ce mercredi 16 septembre à la Mairie des Mureaux. Durant ce conseil, 18 points étaient à l’ordre du jour. La plus part se sont passés sans incidents. L’opposition acceptant de voter dans le sens de la majorité. D’autres, par contre, ont soulevé des questions et remarques de la part de l’opposition menée par Hervé Riou avec une certaine mise en scène digne de la campagne électorale des municipales qui s’est déroulée aux Mureaux. Pourtant, les élections se sont terminées le 28 juin dernier.

Ce conseil municipal du 16 septembre a traité 18 points classés en six rubriques : « Finances et commande publique », « Juridique, Archives et documentation », « Urbanisme habitat immobilier aménagement durable action foncière », « Espace publics et développement durable  », « Pôle éducation enfance  » et « Ressources humaines ». M. Garay, au nom du conseil muncipal, a rendu hommage à Daniel Duveau, employé municipal et au fils de Jean Delarue, figure emblématique de la gauche aux Mureaux. M. Duveau et le fils de M. Delarue sont tous deux morts suite à un cancer.

Plusieurs de ses 18 points ont été votés à la majorité du conseil (majorité et opposition) mais certains non. Cependant, ils ont été témoins des passes d’armes entre le maire, M. François Garay, et M. Hervé Riou, conseiller municipal de l’opposition « Les Mureaux pour tous  » (DVD). Ce dernier a mis en scène ces échanges sous les caméras de personnes de son entourage. Attention au droit à l’image de l’assistance ! Ce genre de dispositif peut servir ou desservir, car il peut manquer d’objectivité.

Bientôt, comme annoncé dans le programme de campagne de François Garay, le conseil municipal va être filmé en intégralité. La mise en place de la captation du conseil est en cour selon Damien Delerin, conseiller municipal délégué à la communication et à l’image de la ville.

Les débats de ce conseil ont vu des échanges originaux mais aussi inquiétants. Si la plus part des points ont été votés sereinement, il y a eu des moments d’interventions de M. Riou étonnant. Lors du point 5, qui est la désignation du représentant de la commune des Mureaux au sein des instances de la Société Publique Locale ou SPL « Le Campus », qui appartient maintenant au Département des Yvelines, actionnaire majoritaire, le maire fut désigné comme étant ce représentant. M. Riou a demandé qu’elles sont les objectifs du maire pour le Campus ? François Garay lui a alors exposé l’historique du lieu, le lien avec le Campus du Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan-Les Mureaux, les objectifs (entreprises, formations, start up et ouvertures vers les pays extérieurs) du Campus et l’évolution que cela peut entraîner le Campus et pour le quartier de Bécheville où il se trouve. A cela, M. Riou demande au Maire d’être clair, plus synthétique, alors que ce dernier venait de lui exposer en détails le Campus pour qu’il soit au courant de tout.

Perturbateurs ou pas ?

Lors du point 8, qui concerne la Charte d’engagement ville et territoires «  sans perturbateurs endocriniens » assortie du plan d’actions, Michèle Carrière, adjoint au maire chargé de l’éco-ville, des nouvelles mobilités et des transports en commun, expose cette dernière liée au Réseau Environnement Santé (RES). Lors de la délibération du Conseil municipal du 22 mai 2019, ce dernier avait décidé d’approuver la charte Ecoquartier pour l’opération Cœur de ville et cette dernière Charte. Le vote de validation a été renvoyé à la nouvelle équipe à cause d’impératifs afin de confirmer la Charte que la ville, à en croire l’historique fourni par la commune sur ce sujet, a largement dépassé. M. Riou a fait un amendement demandant à la ville d’aller plus vite dans ce domaine, or que la ville semble, comme l’a précisé Michèle Carrière, quasiment précurseur dans ce domaine et travaille depuis longtemps avec le RES, qui s’est inspiré d’actions menées aux Mureaux. La ville des Mureaux est précurseur dans de nombreux domaines environnementaux dont la construction « d’Ecoquartier » comme l’a montré un reportage du journal de TF1 diffusé le samedi 12 septembre 2020 à 20h. A cela, M. Riou a posé une question dont la réponse est impossible et faite pour déclencher une polémique ou pour mettre en défaut : pouvez-vous me garantir qu’il n’y a plus de plastique dans les assiettes de la cantine ? La pollution plastique dans le Monde est tellement importante que certains animaux en absorbent sans le savoir et finissent dans les assiettes. Malgré cette question, Monsieur Riou s’est résigné à voter avec la majorité.

L’intervention la plus étonnante des débats, faite par M. Riou, fut pour les deux derniers points relative à la «  La délibération fixant les majorations des indemnités de fonction  ». Cette délibération fut déjà proposée au conseil municipal le 16 juillet dernier, mais la sous-préfecture a retoqué la délibération car elle doit être voté en deux fois et non en une fois. Le fond de la délibération a été validé par la sous-préfecture mais par la forme. M. Maire explique donc ce fait à l’assemblée dans l’introduction et demande donc s’il y a des questions à ce sujet. M. Riou lève la main et demande pourquoi la délibération n’a pas été validée par la sous-préfecture ? Monsieur le Maire s’est donc répété afin de répondre à cette question étonnante. Que faut-il comprendre ? Dans le public présent, certains s’interrogeaient sur la méthode utilisée par M. Rieu, surtout lorsqu’il a demandé au maire de s’expliquer encore une fois sur une délibération pourtant simple à comprendre.

Ping-pong sémantique

A la fin du Conseil municipal, le Maire a ouvert la foire aux questions et M. Riou, toujours encadré par des téléphones portables filmant la situation, commence à dire que des parents d’élèves se sont pleins, à lui, du non respect des gestes barrières et du manque de produits désinfectants dans les écoles de la ville. Le maire lui répond qu’il y a un protocole sanitaire, qu’un nouveau va être mis en place également et que l’application des mesures est suivie. Il rappelle que madame Angéla Klein, adjoint au maire chargée de l’éducation, travaille avec les parents d’élèves pour assurer le suivi et que si il y a un problème les parents peuvent joindre directement la mairie. Mais pour rassurer tout le monde, le maire demande qu’un bilan soit réalisé d’ici la fin de la semaine prochaine pour voir s’il y a un manque. Cependant, M. Riou semble ne pas écouter car il continue à dire qu’il y a des parents d’élèves qui se sont pleins et du non respect des gestes barrières et du manque de produits désinfectants dans les écoles de la ville sans donner de précisions.

Il est à noter que Monsieur Riou a souvent déclaré lors de la campagne du second tour que la mairie n’avait rien fait pendant le confinement. Pourtant, durant le confinement ou la campagne électorale était suspendue, la ville des Mureaux a permis l’ouverture d’un centre COVID 19 sur son territoire et d’un réseau « Muriautins Solidaires  » pour l’entraide entre les habitants et la ville. Une transparence d’information s’est mise en place avec des interventions vidéos régulières pour prévenir les gens de l’évolution des actions menées sur la ville (Vidéos disponibles sur le site Youtube de la Mairie). A l’opposé, dans un article du Parisien du mardi 21 avril 2020, l’exécutif de la région Île-de-France faisait son « Mea culpa » et un rappel à la règle à des candidats aux élections municipales de Droite, dont Monsieur Hervé Riou, qui ont fait des actions de distributions de masques, avec ceux de la région, pour leurs campagnes municipales.

Alors que croire ?

Monsieur Albert Bischerour, conseiller municipal, délégué à l’environnement, à la propreté, à la gestion des réseaux et des déchets, en lien avec la communauté urbaine, a conclu cette étrange échange en disant que Monsieur Riou est en campagne pour la prochaine élection municipal et cela sera comme-çà pendant six ans. Il faut s’y habituer. « Cinq ans » corrigea François Garay.