Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Transformons l’essai, aux urnes, lors des élections départementales (...)
Publié : 22 octobre

RD-154

Transformons l’essai, aux urnes, lors des élections départementales !

Le projet de déviation de la RD 154 a été rejeté par la grande majorité des votants lors de la consultation citoyenne. Les maires de Verneuil-sur-Seine, de Vernouillet et de Chapet ont organisé un débat et une consultation citoyenne ; les défenseurs de ce projet ont boycotté l’appel à débattre et ont perdu toute légitimité démocratique. La nouvelle donne politique et environnementale devrait conduire à « transformer l’essai », aux urnes, lors des élections départementales.

Le projet de « contournement » de Verneuil est toujours d’actualité dans les schémas routiers du Département des Yvelines. Observant un mutisme inhabituel, l’actuel président du département des Yvelines, Pierre Bédier peut vouloir continuer la réalisation de cette infrastructure, avec l’objectif affiché de «  délester la traversée des centres-ville du trafic de transit et de sécuriser les déplacements sur l’ensemble de la zone. Cette déviation aura aussi pour effet d’améliorer la qualité de vie des habitants des agglomérations en réduisant les nuisances, notamment sonores, générées par le trafic de transit. » (1)

Un vote très significatif

Ce plan avait été adopté par le département en 2010 et n’a pas changé sur le fond : il a donné une place prépondérante, dans la mobilité, à l’automobile. En outre, il a amorcé le plan de bétonnage de la Seine Aval. En 2020, les résultats de la consultation sur le projet de la RD 154 ne laissent pas de place au doute : c’est niet. La participation a été importante dans les trois communes et le rejet du projet est fort. A Verneuil-sur-Seine, 2458 personnes ont voté avec 79,92 % des votants contre. A Vernouillet, 1274 personnes ont voté avec 81,95 % des votants contre. A Chapet, 41,7 % de participation avec 99,7 % des votants contre. Pour l’ADIV Environnement à la tête de la fronde, « c’est une grande victoire après des années de lutte et de sensibilisation sur le projet de la RD 154 et son impact sur notre environnement.  »

Au total, il y a eu 4097 votes exprimés sur 19 950 personnes en âge de voter (estimation à partir des chiffres de l’INSEE), soit un taux de participation de plus de 20 %.

La vieille garde persiste dans l’erreur

La veille garde de la droite yvelinoise persiste et signe : Jean-François Raynal, vice-président aux mobilités et élu du canton de Verneuil (avec Madame Brioix-Feuchet), s’est montré ironique, frisant le dédain. Selon Le Parisien du 12 octobre 2020, M. Raynal a ironisé à propos des partisans du « non » : « On sait qu’il y a des opposants. […] Le sujet de la déviation n’est pas un dossier communal mais départemental ; nous poursuivons notre projet » puis à l’encontre des maires qui ont organisé la consultation : « On ne va pas mettre son nez dans des prérogatives qui ne sont pas les siennes  ». Justement, ce projet avait commencé il y a trente ans suite à la demande conjointe des deux maires de l’époque. En 2020, le peuple qui détient la légitimité politique vous demande d’arrêter ce projet ni fait ni à faire.

En évitant le débat contradictoire, M. Raynal empire son cas : dans son édition du 14 octobre 2020, Le Courrier des Yvelines a publié ce propos : «  C’est bien de demander aux habitants ce qu’ils en pensent. Ceux qui sont contre votent en nombre, ceux qui sont pour ne vont pas nécessairement voter. Pour nous c’est un non-événement. Nous attendons la rencontre des trois maires avec le président et en attendant, le Département poursuit son travail ».

Finissons-en avec ce projet controversé !

Avant la consultation, Julien Grimler, ancien élu de Vernouillet, avait souligné un problème de fond sur la conformité de ce projet par rapport au sacro-saint intérêt général. «  C’est un projet qui doit s’inscrire dans une vision ou non de développement et d’attractivité. Comment un « habitant » peut avoir cette vision ? Je suis totalement favorable à cette concertation mais je trouve également regrettable que des mairies se dédouanent derrière cette concertation pour ne pas assumer. Soyons clair ! Le maire de Vernouillet [NDLR : Pascal Collado] était pour en 2014 ! Qu’en est-il aujourd’hui ? Peur de se mettre à dos «  les pour ou les contre » ? »
Que sont devenus les élus avec des convictions réelles sans vouloir faire « plaisir » à l’électorat.

Tout est résumé dans cette réflexion. Qui est légitime pour définir l’intérêt général ? Le peuple est et doit rester souverain. Même si l’on examine les résultats des élections à Verneuil-sur-Seine et à Triel-sur-Seine, le contexte de 2020 n’est plus favorable au «  tout bagnole  », synonyme d’une politique d’urbanisation qui artificialise les terres agricoles sans aucune vision des enjeux environnementaux et climatiques des années à venir.

Le fait que des élus d’opposition refusent de prendre une demi-journée (même en visioconférence) pour contribuer à l’organisation de ce grand moment de démocratie participative démontre que les oppositions ne sont pas constructives ! Plus grave, aucun défenseur du projet (MM. Bédier, Raynal et leurs baby-bédiers) n’est pas venu débattre au Complexe François Pons, le 25 septembre. Ainsie, ils se sont non seulement décrédibilisés, mais ils se sont délégitimés politiquement vis-à-vis des « gogos  » de la population(2). Depuis 2015, ces élus de droite sont en sursis par rapport à ce projet controversé(3).

Le temps est venu de mettre fin aux controverses d’une autre époque. Finissons aussi avec le système tout bagnole préconisé par le président actuel du département. Lors de cette consultation citoyenne, ce projet de déviation devait être rejeté massivement car il ne contribue en rien aux nouvelles exigences en matière de mobilités avec l’arrivée d’Eole et la multiplicité d’autres moyens alternatifs de déplacement. Enfin, des citoyens éclairés doivent montrer la voie pour la sauvegarde d’un territoire vert, poumon de l’Île-de-France, et porte d’entrée du Vexin. Sortons les sortants aux élections départementales prochaines afin de transformer l’essai d’octobre 2020 !

Post-scriptum

Notes :

1. Lien vers le site Internet du Département des Yvelines

2. Déjà en 2015, M. Raynal avait imprudemment boudé le débat du mois de mars, en traitant les habitants de « gogos, qui ont l’outrecuidance de questionner le choix du département. » Les gogos avaient été plus nombreux que prévu dans le canton de Verneuil car deux cent trente personnes avaient écouté les quatre candidats sur sept binômes venus présenter leur position sur l’aménagement du territoire en général, et en particulier sur le projet de déviation de la RD 154.
3. Rappelons à M. Raynal qu’aux élections départementales de 2015, la participation au deuxième tour dans le canton de Verneuil n’a été que de 44 %. En suivant ce raisonnement, on pourrait dire que les électeurs qui ne sont pas allés voter étaient contre l’élection de M. Raynal et qu’il n’est donc pas légitime pour imposer la déviation de la RD 154.