Vous êtes ici : Accueil > Cultures > Patrimoine > Succès du 8e Rallye pédestre des 2 Rives de Seine (& Oise) que Poissy a (...)
Publié : 28 septembre

Histoire

Succès du 8e Rallye pédestre des 2 Rives de Seine (& Oise) que Poissy a accueilli dans le cadre des Journées du patrimoine 2021

Cette balade-surprise, initialement prévue en juin 2020, était très attendue : la pandémie de la Covid-19 l’avait reportée d’une année, puis en septembre pour compléter le programme pisciacais des Journées du patrimoine. Alors que Météo France avait annoncé des averses, elle s’est déroulée sous un beau soleil. Bien que le nombre d’équipes soit resté limité à 25, un record a été enregistré pour le nombre de participants.

Après Triel-sur-Seine, Andrésy, Verneuil-sur-Seine, Orgeval, Conflans-Sainte-Honorine, Villennes-sur-Seine et Les Mureaux, c’était le tour de Poissy d’accueillir le rallye pédestre intercommunal, organisé en partenariat avec la Ville, avec le soutien de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPS&O). L’association ACV, la mémoire de Villennes, qui organise cette série d’animations patrimoniales et ludiques, a bénéficié de la coopération du Cercle d’Etudes Historiques et Archéologiques. Cette importante association d’histoire locale a, notamment, participé à la définition et aux repérages du parcours, au test du rallye pédestre, à l’organisation de son déroulement et aux récompenses des équipes, offrant le « pot  » clôturant l’après-midi ; l’arrivée de la dernière étape était dans le jardin de son siège dans l’Enclos de l’Abbaye.

Trois anciennes célébrités ont guidé les participants

Les organisateurs de l’ACV ont poursuivi la tradition qu’ils avaient établie selon un principe non trouvé dans les divers rallyes pédestres, auxquels ils ont, eux-mêmes, participé : scénariser les documents remis aux participants pour qu’ils trouvent l‘itinéraire de chacune des trois étapes, tout en répondant à diverses questions ; leur guide de chaque étape est un personnage de l’histoire locale.

Dans le précédent rallye pédestre aux Mureaux, les guides avaient été plus nombreux :
- Henri Beyle, dit Stendhal, qui avait résidé dans le Château de Bècheville ;
- La reine de France Marie de Brabant qui avait vécu 36 ans dans l’hôtel royal Beauséjour de ses terres des Muriaux ;
- Frédéric Dard, auteur de pièces de théâtre et de romans, la plupart policiers (San Antonio) écrits aux Mureaux, où il avait vécu une vingtaine d’années ;
- Gustave Caillebotte, peintre impressionniste et architecte naval, qui avait financé un des deux clubs de voile, dont il était l’un des dirigeants ;
- Madeleine Roch, 352e sociétaire de la Comédie-Française, où elle avait incarné de grandes héroïnes tragiques.

Pour ce rallye pédestre, les trois guides ont été le célèbre architecte Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, et deux résidents de Poissy : l’architecte Théophile Bourgeois et l’artiste peintre Ernest Meissonier.

Au cours de chacune des trois étapes, les participants sont passés devant une maison, œuvre ou habitation de l’une de ces personnalités.

Leur guide de la première étape, Le Corbusier, n’habitait pas à Poissy mais il y a laissé une trace importante dans le patrimoine architectural de la ville : le parcours a commencé par un tour de la Villa Savoye. Des énigmes relatives aux principes de l’architecte pour ses constructions (le nombre d’or, l’instrument de mesure médiéval, l’Homme de Vitruve, le Modulor) ont été proposées après l’arrivée.

Après la traversée du parc portant le nom de leur troisième guide, y descendant jusqu’à sa statue puis celle de trois grâces, les participants se sont arrêtés à la Maison de fer ; nombreux sont ceux qui l’ont découverte à cette occasion. Leur guide, architecte plus spécialiste du béton que de métal, les a, néanmoins, interrogés sur les tôles qui constituent la paroi de la maison.

Au cours de la deuxième étape, l’architecte Théophile Bourgeois, qui avait construit des villas dans plusieurs villes voisines, notamment celles des deux précédentes balades-surprise, Villennes et Les Mureaux, leur a montré ses diverses réalisations : des villas groupées (« petits hôtels  ») et des immeubles, qui ont donné lieu à un jeu de reconnaissance des garde-corps de leurs balcons. Sa grande maison, présentant divers styles qu’il proposait à ses clients, a fait l’objet de diverses questions (date de construction : M.DCCC.XCIV ; l’ombre partage le jour…). Dans le Cours du 14 juillet, les participants ont rencontré Claude Monet qui n’aimait peindre que la beauté de l’air, des chevaliers de la gaule et un esturgeon pêché le 22 juillet 1839.

Après le large panorama offert sur le promontoire que constitue le vestige du vieux pont, à la calme rive de la Seine a succédé un parcours dans la ville jusqu’au Square des Pink brothers (les frères Rose), où a commencé la troisième étape. Les participants ont alors été guidés par Ernest Meissonier. Après une halte dans le Jardin de l’olivier, la Rue des trois maillets, la Rue du boeuf et la Rue au pain leur ont rappelé le caractère médéval qu’avait conservé les rues étroites du centre de la ville jusqu’à sa rénovation. Devant la devanture d’une boulangerie de la Place des Capucins, où ils ne pouvaient pas acheter de pain (c’est une peinture en trompe‑l’oeil), ils ont retrouvé Le Corbusier, les attendant assis sur une chaise.

Ernest Meissonier, regrettant que la statue de saint Louis ait remplacé la sienne (en bronze), les a conduits jusqu’à sa demeure de l’Enclos de l’Abbaye en passant devant son écurie puis une maison, placée de manière très centrale mais fermée. Ils ont testé leur adresse, un jeu patrimonial, celui de la grenouille, leur étant proposé en face du Musée du jouet, grâce à complicité de sa directrice. Les organisateurs remercient, également et tout particulièrement, Mme Agnès Guignard, arrière-arrière-petite-fille d’Ernest Meissonier, d’avoir autorisé les équipes à visiter l’atelier d’été du peintre et à apercevoir sa belle maison. En effet, chaque Rallye pédestre des 2 Rives de Seine (& Oise) avait permis à ses participants d’accéder, au moins, à un lieu privé, habituellement non ouvert. Certes, deux visites guidées étaient proposées pendant cet après-midi des Journées du Patrimoine mais les participants du rallye pédestre ont pu passer un bon moment dans l’atelier.

Ils devaient observer les divers objets et meubles pour trouver celui qui avait disparu : un tableau de Lucien Gros, élève d’Ernest Meissonier. L’atelier de celui-ci, devenu le siège de l’Académie des Peintres de l’Abbaye, a fait l’objet, à la fin du parcours, d’une question sur l’orientation inhabituelle de la baie vitrée l’éclairant. Pour y parvenir, les marcheurs étaient passés sous l’ancienne maison de la prieure, où Ernest Meissonier avait installé son fils Charles, qui avait épousé la sœur de Lucien !

Un jeu d’observation et deux énigmes sur l’ensemble du parcours

Comme d’habitude, les jeunes ont été très bons pour identifier les lieux où avaient été prises une vingtaine de photos, dont seul un détail était présenté.

Les réponses de deux énigmes devaient être trouvées en divers points de l’itinéraire. L’assemblage de trois éléments (un lys suggéré par un roman de Balzac, un poisson pêché au bord de la Seine et la couronne de Louis IX) devait faire penser au blason de Poissy. Enfin, quatre Pisciacais, dont deux frères, devaient être identifiés :

- Alfred Maxime Laubeuf, concepteur du premier sous-marin moderne, dont la maison natale est indiquée par une plaque apposée par le CEHA ;
- Henri et Georges Rose, entrepreneurs d’origine britannique qui fabriquaient des matériels pour les meuneries dans leurs ateliers du Boulevard des Caillois (devenu le Boulevard de la Paix) ;
- La poétesse Christine de Pisan qui, en 1400, rendait visite à sa fille, religieuse dominicaine au Prieuré royal.

La perspicacité des amateurs de rallyes pédestres

Certes, la connaissance de la ville de Poissy était un bon atout pour ses habitants qui constituaient 37 % des participants mais la première équipe entièrement pisciacaise a été précédée, de peu, par trois autres au classement général. L’équipe gagnante comprenait une résidente de Poissy, complétant des habitants de Suresnes et de Marly-le-Roi, qui avaient pris part à plusieurs rallyes précédents et en avait gagné plusieurs. L’équipe orgevalaise classée à la troisième place avait participé à l’édition 2016 à Orgeval et à celle de 2017 à Conflans-Sainte-Honorine. En effet, l’esprit des rallyes pédestres s’acquiert et se développe avec l’expérience des participations.

Quant à l’équipe villennoise, classée en deuxième position, elle participait pour la première fois mais elle comprenait un expert des énigmes qui s’était entraîné, avec les deux concepteurs de la balade-surprise, dans des rallyes pédestres parisiens pendant l’hiver et le printemps derniers.

Un rallye pédestre est, également, une compétition, amicale ; comme dans les sports collectifs, c’est une expérience de dynamique de groupe : les principaux documents n’étant remis qu’en deux exemplaires, plusieurs recherches étant à réaliser simultanément, tout en marchant, pour bien réussir, les équipiers doivent bien se coordonner et se répartir les tâches.

Un évènement intercommunal

Les 113 participants, dont 16 jeunes sans compter ceux portés par leurs parents ou véhiculés en poussette, habitent dans 22 villes différentes, dont 14 communes de GPS&O et 4 autres villes des Yvelines.

Le tableau suivant montre les villes qui ont « fourni » plus d’un participant.

Les villes de résidence des autres participants sont les suivantes :
- GPS&O : Conflans-Sainte-Honorine, Ecquevilly, Hardricourt, Triel-sur-Seine, Vaux-sur-Seine ;
- Yvelines hors GPS&O : Chambourcy, Maisons-Laffitte, Marly-le-Roi, Versailles ;
- Autres départements : Igny, Puteaux.

Des appréciations positives d’une large majorité des participants

La bonne humeur et l’entrain de la plupart ainsi que l’engagement des plus jeunes se voient dans la vidéo qui conserve le souvenir de la balade-surprise(1).

Certes, ils étaient tous fatigués à l’arrivée, certains ayant marché plus que les cinq kilomètres prévus, surtout les membres de deux équipes qui s’étaient un peu égarées à la fin de la première étape. Néanmoins, presque tous se sont montrés satisfaits par leur découverte ludique du patrimoine de Poissy.

Parmi les témoignages reçus, les trois suivants résument bien l’après-midi :
- Véronique C. de Poissy : « Un grand merci pour l’organisation de cette belle balade pisciacaise, intéressante et ludique. J’y ai pris beaucoup de plaisir. En plus les cieux étaient avec nous !  ».
- Stéphanie P. de Carrières-sous-Poissy : « Merci pour ce moment très sympathique. Malheureusement, celui-ci ayant duré bien plus longtemps que prévu, nous n’avons pas pu assister au « pot » final car nous avions d’autres engagements pour la soirée.  »
- Jean-François C. de Villennes : «  Bravo à l’ACV et au CEHA pour ce rallye bien organisé ! Il n’était pas trop facile, le niveau de difficulté des questions étant bien adapté à une résolution au fil de la balade.[…] Si le prochain rallye est à l’image de ce rallye pisciacais, il devrait nous plaire !  »

L’édition 2022 se déroulera à Meulan-en-Yvelines

Une autre ville, dotée d’un patrimoine intéressant, sera le cadre de la prochaine balade-surprise ; elle aura lieu, également, au bord de la Seine mais sur la rive droite. La date, en mai ou juin de l’année prochaine, doit être précisée en fonction des longs week-ends de cette période, de contraintes locales et nationales (élections législatives). Le rallye pédestre sera organisé en partenariat avec la Ville de Meulan-en-Yvelines ; la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise sera représentée par un nouveau partenaire : l’office de tourisme intercommunal « Terres de Seine ».

Post-scriptum

Note

1 : Adresse de la vidéo-souvenir : https://www.dailymotion.com/video/k5uP2FAfdGuE7kxeOdc