Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > La tête de liste du PCF pour les européennes Léon Deffontaines en campagne à (...)
Publié : 19 janvier

Elections Européennes

La tête de liste du PCF pour les européennes Léon Deffontaines en campagne à Renault-Flins(Webtélé2r)

Vendredi 19 janvier 2024, le site de Renault-Flins a reçu la visite de la tête de liste pour les élections européennes de juin prochain du Parti Communiste Français "Reprenons la main" : M. Léon Deffontaines.
Le site de l’usine de Renault à Flins-sur-Seine n’a pas été choisi au hasard, puisqu’en mars 2024, la Zoé électrique n’y sera plus fabriqué. Le site se consacrera qu’à la reconversion de véhicule.

Né en 1996, Léon Deffontaines fait parti de cette nouvelle génération d’homme politique. Il est jeune et donne un nouveau visage rajeunis au Parti Communiste Français (PCF). Tête de liste pour le PCF pour les élections européennes, Léon Deffontaines se lance dans une campagne qui va mener sur le terrain et sur les réseaux sociaux jusqu’au 9 juin 2024.
Aujourd’hui, 19 janvier, M.Deffontaines se trouvait devant l’entrée de l’usine de Renault-Flins, pour tracter, pour échanger et pour discuter avec les ouvriers du site.
Il n’est pas venu seul. Avec lui, une vingtaine de membres de la Fédération des Yvelines, de la section des Mureaux-Aubergenville et de Limay du PCF étaient présents.

La plus ancienne des usines

Le choix de ce lieu est intéressant. Historiquement, cette usine est la plus ancienne des usines de carrosserie du constructeur automobile Renault, réalisée par l’architecte Bernard Zehrfuss et inaugurée en 1952, encore en activité.
En effet, le 16 janvier 1945, l’entreprise Renault, à Billancourt, est confisquée par l’État, sur ordonnance du Conseil national de la résistance. Louis Renault, le patron, fondateur de l’entreprise en 1898, est accusé d’avoir collaboré pendant la seconde guerre mondiale avec les autorités allemandes. C’est pour cette raison que l’usine est saisie, et liquidée. La nouvelle entreprise nationalisée prend le nom de « Régie nationale des usines Renault ».
L’usine Renault de Flins fut baptisée « Pierre-Lefaucheux  », qui fut le premier PDG de la Régie Renault.
(L’usine de Renault-Flins (Photo J2R))
En juillet 2023, l’usine de Renault-Flins va arrêter la fabrication de la voiture électrique Zoé le 30 mars 2024. L’objectif du groupe est de continuer à convertir le site dans la reconversion de véhicule d’occasion : ReFactory. Avec pour objectif de pérenniser 3 000 emplois. Mais il n’y aurait plus de fabrication de voiture alors qu’un nouveau modèle de Twingo électrique est annoncé par le constructeur.
Actuellement, le site compte plus de 2 000 salariés et 355 salariés travaillent actuellement sur la Zoé (dont 240 intérimaires).

Premier déplacement

Léon Deffontaines a choisi ce site dans les Yvelines pour son premier déplacement en tant que tête de liste, afin d’appuyer les ouvriers de Renault et d’afficher le slogan suivant : « Twingo électrique produisant la en France ! »
(Léon Deffontaines, la tête de liste du PCF pour les européennes(Photo J2R))
Derrière ce déplacement, il y a l’enjeu de la ré-industrialisation de la France, notamment en matière automobile, a précisé le candidat du PCF. Il souhaite voir la prochaine Twingo électrique, commercialisée en 2026, soit produite ici. Il veut réaffirmer le principe que les voitures produites à destination des français soient produites en France.
« C’est un enjeu social (créateur d’emploi)...c’est aussi un enjeu environnemental...produite avec une énergie bas carbone en France » a t-il déclaré. Et c’est un principe qu’il veut réaffirmer « demain » devant le Parlement Européen.
Pour lui, Renault est d’abord un site de construction plus que de reconversion. Le site de Flins doit selon lui fonctionner à plein régime au niveau de la fabrication et de la reconversion.
Léon Deffontaines, à l’échelle de cette élection, espère que la France puisse reprendre la main en matière de souveraineté alimentaire, énergétique, industrielle, et que sa liste soit porteuse d’espoir.