Vous êtes ici : Accueil > Pratiques > Transports > Des "crash tests" clôturent le village de la sécurité routière aux (...)
Publié : 6 mai

Sécurité routière

Des "crash tests" clôturent le village de la sécurité routière aux Mureaux(Webtélé2R)

Du jeudi 3 au vendredi 4 mai 2018 , la Place de Libération aux Mureaux a accueilli un village de la sécurité routière. Des "Crash tests" grandeurs natures avec des cascadeurs professionnels ont été organisés devant les yeux de spectateurs étonnés et inquiets, dont des scolaires comme en 2015.

Sensibiliser aux dangers de la route, cela a été l’objectif du « Village de la sécurité routière  » installé sur la Place de la Libération des Mureaux du 3 au 4 mai 2018 devant la mairie, en plein centre ville.
Comme en 2015, ces deux jours se sont conclus avec des « Crash tests » réalisés par des cascadeurs professionnels dont cela est le métier déjà présents en 2015, de 14h à 16h. Ces démonstrations se sont déroulés sur la rue Henri-Dunant perpendiculaire au parking du même nom, axe permettant de joindre la gare au centre-ville.

Choquer les esprits

Ce « crash test  » a pour but de choquer les esprits afin de rendre plus responsables.
Les intervenants et cascadeurs de la société DRAG AUTO PUB ont expliqué toutes les étapes des démonstrations, qu’ils ont effectués, afin de bien imprimer dans les esprits, surtout les esprits des jeunes scolaires présents aux abords de la rue derrière des barrières de sécurité, la dimensions pédagogique et de sensibilisation de l’exercice.
Pascal Dragotto, le pilote, et son épouse Laurence sont très actifs dans la sécurité routière depuis 30 ans. Aujourd’hui ils sont connus et reconnus comme pilotes professionnels du risque automobile auprès de la DSCR (Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routière). Ils parcourent la France entière pour réaliser ces démonstrations.

Deux « crashs tests » ont été effectué : le premier a mis en scène un mannequin sur un scooter percuter par une voiture à 50km/h, ce qui n’est pas un gros choc vis-à-vis de la vitesse et des cascadeurs, et le second a mis en scène le choc de deux voitures. A la fin, un hélicoptère est intervenu également. Faire ces démonstrations à 50km/h montrent à quel point il faut respecter la vitesse sur la route, car les impacts obtenus parlent d’eux-mêmes. Que cela soit un gros ou un petit choc les conséquences sont là pour les victimes.

N’ayant pas pu filmer correctement les démonstrations, le journal invite les lecteurs à revoir le « crash test » du scooter filmé en 2015 et réalisé par la même équipe dans le quartier des Bougimonts.

Post-scriptum