Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > L’équipe de Gérard Larcher veut sauver les commerces dans les Yvelines
Publié : 3 novembre

Covid 19

L’équipe de Gérard Larcher veut sauver les commerces dans les Yvelines

Par une lettre d’information en date du 3 novembre 2020, les sénateurs de droite des Yvelines composant une équipe nommée "Une équipe pour toutes les Yvelines" autour de Gérard Larcher, Président du Sénat, et de Sophie Primas, s’expriment sur la question des commerces sur le département en cette période de confinement.

Les propos, qui sont contenus dans cette lettre d’information, appartiennent à ceux qui ont rédigés le texte.

« Ensemble, mobilisés pour sauver nos commerces

La situation sanitaire que nous traversons a conduit le Président de la République à prendre des mesures de confinement d’un nouveau type, visant à un nécessaire équilibre entre sécurité sanitaire et économie. Nous soutenons en ce sens cet objectif car si notre économie s’arrête de nouveau, nous ne pourrons pas éternellement compenser le manque à gagner par la dette.

La décision de fermeture des magasins de proximité assurant la vente de produits « non essentiels » a en revanche provoqué un tollé dans notre pays… qui n’en n’a pas besoin.

Elle a suscité l’incompréhension des commerçants qui ont investi dans la sécurité de leur magasin en cette période commerciale stratégique et mis en évidence un contexte de concurrence déloyale. Cette situation inédite a généré un mouvement de refus civique, auquel a participé pour la première fois un certain nombre de nos collègues maires.

Les arrêtés pris par certaines municipalités seront annulés, les commerces « non essentiels » fermés et redevables d’une amende…et la colère montera encore plus.

Nous appelons donc le Gouvernement à réagir rapidement car l’urgence sanitaire, à laquelle nous adhérons en solidarité avec les soignants et les malades, nécessite le calme dans notre pays.

Notre proposition, exprimée par un amendement voté jeudi soir à l’unanimité du Sénat dans le cadre de l’examen de la loi d’urgence est de décentraliser cette décision d’ouverture ou de fermeture de magasin, non pas en fonction de l’activité mais en fonction du risque sanitaire apprécié, par les Préfets et les maires.

Cet amendement n’a pas été retenu à ce stade par le Gouvernement : la Commission Mixte paritaire chargée d’élaborer un texte commun Assemblée Nationale / Sénat ayant échoué.

Mais il reste une nouvelle lecture ce mardi à l’Assemblée Nationale. Les Députés pourraient donc garder ce dispositif, nous leur demandons !

Des conditions très strictes pourraient alors être requises pour l’accueil du public dans les magasins : nombre maximum de personnes, mise à disposition de gel hydroalcoolique, port du masque.... Ces dispositifs, déjà en place, pourraient être durcis, mais les magasins resteraient ouverts, sauvant au moins en partie cette période si importante de Noël... et les emplois.

L’apaisement de notre pays doit être une priorité et une urgence. Nous avons tant d’autres raisons d’être inquiets.

Décentraliser. Écouter. Concerter. Échanger. »

Gérard LARCHER / Sophie PRIMAS / Marta de CIDRAC / Michel LAUGIER / Toine BOURRAT
Une équipe pour toutes les Yvelines
uneequipepourtouteslesyvelines@gmail.com