Vous êtes ici : Accueil > Actualités Locales > Politique > Sauvé par les communes conservatrices, l’homme lige de Bédier rempile à la (...)
Publié : 28 juin

Elections Départementales 2021

Sauvé par les communes conservatrices, l’homme lige de Bédier rempile à la tête du canton de Verneuil

Dimanche dernier, lors du second tour des élections départementales, Jean-François Raynal et Fabienne Devèze ont été élus, avec 52,96 % des voix face à Cédric Aoun et Marie-Hélène Lopez Jollivet.

Un renversement de la tendance par le sud du canton

La journée de dimanche à été riche en suspense et retournements de situation. Dans les trois villes du nord du canton, Triel-sur-Seine, Verneuil-sur-Seine et Vernouillet, la tendance était favorable au binôme constitué par Marie-Hélène Lopez Jollivet et Cédric Aoun, maire de Triel-sur-Seine, laissant présager une avance confortable pour ce duo. De plus, la réserve de voix dont disposait M. Aoun, en sa qualité de maire de Triel et les résultats du premier tour lui étant largement favorables avec 64,52 % des voix, permettait d’envisager une victoire pour ce duo, remettant ainsi en cause l’hégémonie du groupe Ensemble Pour les Yvelines dans le canton. Cependant, cette réserve de voix avait, peut-être, été surestimée, bien que, de nouveau, Triel au second tour ait, majoritairement, choisi son maire avec 84,06 % des voix. Toutefois, les résultats des villes du sud du canton ont renversé la tendance, avec une préférence nette en faveur de Jean-François Raynal et de Fabienne Devèze. En effet, les communes rurales du canton se sont largement exprimées en faveur de ce duo. C’est le cas, par exemple, de Noisy-le Roi, dont 79,65 % des voix sont allées au duo sortant et à Feucherolles avec 64,95 % des voix. Ainsi, le conseiller départemental sortant, Jean-François Raynal, associé à Fabienne Devèze a gagné l’élection avec 52,96 % des voix.

L’abstention qui a marqué ces élections, 62,75% dans le canton, est complétée par un nombre de votes blancs et nuls assez significatif puisqu’il s’agit de 6,88 % des votants de ce dimanche. C’est donc bien plus de la moitié des citoyens concernés par ces élections qui ne se sont pas exprimés.

Dans ce cadre, on peut déplorer un silence sur la question du report des voix de la gauche, obtenues par Fabien Lemoine et Nathalie Mostowski. A la suite du premier tour, ils ont décidé de ne pas donner de consigne, notamment aucune consigne en faveur du duo Aoun-Lopez Jollivet qui aurait, peut-être, pu faire basculer les résultats.

La droite classique a eu peur de perdre !

Si cette élection a été gagnée par M. Raynal et Mme Devèze, elle a surtout été serrée avec 1097 voix d’écart sur un total de 19 872 voix exprimées. Si le duo Aoun-Lopez Jollivet a réussi à faire peur au duo sortant, il ne lui a pas coûté sa place pour autant.

Quand à 22 heures 53 minutes, M. Pierre Bédier, a déclaré à Mantes-la-Jolie que le Grand chelem était, de nouveau, réalisé dans les Yvelines, il n’y avait plus de doute que c’est la continuité politique qui a été choisie par les Yvelinois et par les habitants du canton de Verneuil. Après 6 années de direction du département par le groupe EPY, celui-ci continuera pendant 5 ans. Il s’agit d’une continuité politique, à la fois, des élus et des projets qu’ils réaliseront. Le renouveau sera pour plus tard.

Des candidats qui analysent les résultats

Les candidats gagnants et perdants ont pu, après l’annonce des résultats, s’exprimer sur cette campagne et sa finalité. M. Raynal est ravi de sa victoire et de pouvoir “dès jeudi siéger au sein de cette assemblée départementale et au sein du groupe Ensemble pour les Yvelines ». Pour lui, le « score est à l’image du canton ». Ne se préoccupant pas des réticences qui peuvent exister à son égard dans certaines villes du nord du canton, il pense qu’il est temps de mettre en œuvre le programme présenté lors de la campagne et de commencer à travailler avec les maires du canton. Il critique, néanmoins, la focalisation sur la déviation de la RD154 lors de la campagne alors qu’il considère ce sujet comme « derrière nous ».

M. Aoun et Mme Lopez Jollivet se disent plutôt fiers des leurs résultats pour un duo sans étiquette politique mais déplorent que les habitants non concernés directement par la déviation de la RD154 n’aient pas, selon eux, « saisi l’enjeu environnemental ni quel message on envoie aux générations futures ». Le duo a fait part de son ressenti sur la campagne, tout particulièrement sur la vidéo de Pierre Bédier dans Verneuil, postée vendredi dernier sur Facebook, qu’ils jugent « inacceptable » et provocatrice et sur les différentes critiques dont M. Aoun a fait l’objet, amenant Mme Lopez Jollivet à dire que « ça a été une campagne délétère ».

La déviation, un caillou dans les chaussures de la droite yvelinoise

Bien que le souhait de M. Raynal et de M. Bédier était de ne pas faire du tracé de la RD154 un enjeu de la campagne, cela l’a été dans les villes concernées, Verneuil-sur-Seine et Vernouillet, qui se sont exprimées majoritairement contre M. Raynal et donc contre ce projet. Comme l’a dit Fabien Aufrechter, maire de Verneuil-sur-Seine lors de l’annonce des résultats, « pour ce qui est du nord du canton, les résultats démontrent que le sujet qui n’aura pas fait l’élection mais qui aura marqué l’élection est celui de la RD154 ». La RD154, malgré la victoire de M. Raynal et le grand chelem des Yvelines pour M. Bédier, reste un caillou coincé dans leurs chaussures pour ce nouveau mandat.